Le temps

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3117 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
UNE VIE EFFACEE



Des heures vides



Elle avait déjà acquis cette habitude de passer des heures et des heures à ne rien faire. A peine avait-elle envie d’examiner le décor de sa cellule, et de contempler ses longues jambes allongées sur le lit où elle s’étendait jour et nuit pour ne plus sentir la lourdeur du temps qui passe. Même sa chambre ne pouvait plus supporter son odeur,l’odeur moisie qu’une femme dégage quand son âme et son cœur agonisent.



Elle jetait parfois des coups d’œil furtifs sur sa montre qu’elle glissait précieusement sous son oreiller comme une jeune fille qui glisse la photo de son bien aimé à qui elle tient, pour être au moins certaine qu’il n’est pas comme les autres, et qu’il ne lui échappera guère. A vrai dire, elle détestait cette montre quilui rappelait à chaque fois que le temps est toujours là, créé rien que pour la guetter et peser sur son esprit broyé de désarroi. Or, elle la fixait de temps à autre, cette montre, espérant tomber sur quelque miracle, en voyant par exemple ses aiguilles tourner à la vitesse d’un éclair, ou dans le sens inverse...



Toutefois, elle était sûre qu’elle ne pourrait guère échapper à ces heuresinfinies qui l’emprisonnaient, eux qui savaient qu’elle n’avait plus la force de les dissiper, car elle avait certes perdu à jamais cette joie de vivre qui s’empare des êtres vivants comme par erreur, en volant le temps qui court bien plus vite qu’une flèche quand ils nagent dans le ravissement.



Tous les matins, le soleil s’infiltrait à travers sa chambre pour venir se glisser sur sespaupières et lui rappeler qu’une nouvelle journée s’annonçait. Mais il semble qu’encore une fois, les rayons de ce soleil avaient omis que cette femme brisée n’avait pas fermé l’œil la nuit et n’était donc nullement gênée de leur présence: Elle n’avait guère de nouveaux jours à découvrir, ses lendemains étaient tout simplement tissés des ennuis d’hier...Rien ne la surprenait plus comme dans le temps oùle soleil pénétrait dans son cœur le soulevant comme une bulle, le temps où elle était même disposée à aller l’embrasser ce soleil, autant elle était remplie d’une énergie intolérable. L’astre de la nuit avait sa part aussi: Il eut un temps où elle souhaitait avoir la possibilité d’escalader le ciel pour aller danser, toute rayonnante, sur la lune, pour dire au monde entier combien elle étaitravie, ...Elle n’avait guère la moindre idée combien les autres s’en foutaient pas mal de son bonheur, ou, ce qui mieux est, faisaient tout pour la rendre malheureuse. Elle n’avait pas encore deviné que l’intérêt était devenu l’âme de ce monde nimbé d’hypocrisie.



Les nuits, elle priait du tréfonds de son cœur pour que le jour se fit, et elle passait toute la journée à attendre lecoucher du soleil. Toutefois, ni les étoiles ne l’apaisaient ni le ciel bleu ne saurait lui insuffler un brin de vie. Elle confondait les jours, les heures, les années; elle réalisait uniquement qu’elle était en proie à un temps monstre qui empoisonnait sa vie entière, comme un misérable amour empoisonne à jamais la vie entière d’une jeune fille qui, consciente de sa douleur, essaie toujours d’entirer avantage en se consolant à l’idée que ce fut quand même une bonne expérience.



Ses sœurs la regardaient avec mépris. C’est absurde: A chaque fois qu’on essaie de relever quelqu’un de la sombre fosse où il passe les plus beaux jours de sa vie, et qu’on ne réussit pas à le faire, on commence à le mépriser, à le sous-estimer, croyant qu’il ne nous aime guère, puisqu’il ne fait pas lemoindre effort pour balayer son angoisse et préfère nous voir souffrir en le voyant s’enfoncer dans le gouffre. Alors qu’en fait, elle ne désirait point que l’épidémie de ce temps qui la perce ne touchât sa famille. Mais ce n’était pas sa faute: Elle avait mal partout, et la douleur ne l’abandonnait plus, alors que le temps, lui, s’amusait à se prolonger, et à l’abattre: Elle ne respirait plus...
tracking img