Le terrorisme international

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (477 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'omerta médiatique, complice de DSK
Par Ivan Rioufol le 18 mai 2011 12h24 | Lien permanent | Commentaires (73)
Tout le monde savait; tout le monde s'est tu. Or l'omerta française sur lapersonnalité cachée de Dominique Strauss-Kahn ne peut se justifier au seul prétexte du respect de la vie privée. Je suis farouchement pour la protection des intimités et je déteste les traques voyeuristes desjournaux à scandales. Mais la personnalité d'un homme public ayant les plus hautes ambitions politiques est un élément qui doit être analysé par les commentateurs. En l'occurrence, il faut bienconstater l'absence de curiosité des médias (je me mets dans le lot) face à la somme de témoignages qui couraient dans Paris, depuis des années, à propos de ses comportements possiblement addictifs. DSKétait-il seulement un jouisseur porté sur le libertinage - ce qui reste en France une marque de savoir vivre depuis Henri IV - ou était-il plus gravement un prédateur sexuel sachant dissimuler sespulsions?

Cette question aurait dû être posée. Si elle ne l'a pas été, ce n'est pas au nom du respect de la personne, mais en raison des connivences qui existent trop souvent entre les mondesmédiatique et politique, des liens amicaux qui peuvent s'y créer et amener à occulter des faiblesses personnelles. De surcroît, l'indulgence dont Strauss-Kahn a bénéficié a aussi été le résultat dumilitantisme de la presse de gauche, qui sait s'aveugler sur des faits dérangeants. J'en veux pour preuve le procès engagé par ces médias contre Nicolas Sarkozy lui-même. "Sarkozy est-il fou ?" aura titréMarianne il y a quelques années, Jean-François Kahn suggérant au Chef de l'Etat de se faire soigner. Ces jours-ci, le même Kahn, qui se présente comme ami du leader socialiste, assure que les faitsqui sont reprochés au patron du FMI ne ressemblent pas à l'homme qu'il connait. Le témoignage d'une jeune française, Tristane Banon, semble dire le contraire.

La question posée publiquement sur...
tracking img