Le théâtre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1370 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La signification du mot théâtre a beaucoup évolué au fil du temps. Ainsi à l’époque de la Grèce antique, le theatron désignait l’hémicycle destiné au spectateur. Un théâtre est donc à l’origine un lieu d’où le public observe un spectacle. À la Renaissance, la signification s’étend non seulement à l’ensemble de l’édifice, scène comprise, mais également à l’art du spectacle. Ce n’est qu’après lapériode du théâtre classique que le terme désigne aussi la littérature écrite spécialement pour la représentation théâtrale. Pourtant, Molière, a toujours affirmé que le théâtre était fait avant tout pour être vu. Une question nous revient alors encore : qu’est-ce que le théâtre ? Est-ce un texte ou une représentation ? Aussi, après avoir défini les différentes caractéristiques littéraires duthéâtre, nous verrons en quoi il constitue un art de la représentation, pour enfin montrer qu’il s’agit d’un art difficile à définir.

I) Un texte

§1- Dans chaque pièce de théâtre, plus particulièrement dans le théâtre contemporain, en parallèle avec les répliques se présentent les didascalies qui sont des indications soit pour l’espace scénique soit pour le jeu de l’acteur. Cette présence traduit lavolonté des auteurs que leurs œuvres soient mises en scène.
Ex : Didascalies initiales donnant des détails sur le décor : Hernani  de Victor Hugo, Acte III, 1 : « La galerie des portraits de la famille de Silva, grande salle dont ces portraits entourés de riches bordures et surmontés de couronnes ducales et d’écussons dorés, font la décoration. »

§2- Tout comme les didascalies permettent ladescription du cadre, les paroles rapportées nous renseignent sur les personnages (caractère, milieu social). Ainsi l’œuvre théâtrale est exclusivement basée sur ces paroles échangées qui permettent des rapports de force entre les personnages et permettent la compréhension de l’intrigue. Ces paroles rapportées directement témoignent de la volonté des auteurs que leurs œuvres soient représentées.Ex : La conversation entre Dorante et Pridamant à la scène d’exposition de L’Illusion comique permet la compréhension de la situation et amorce la présentation d’Alcandre.

§3- La présence de nombreux procédés littéraires rend compte d’un travail d’écriture qui a été élaboré et d’un véritable travail de poésie.
Ex : L’aspect poétique dans Bérénice de Racine est permis grâce à de nombreusesfigures de style et à la richesse des alexandrins. Ainsi, le scénographe Gilles Aillaud affirme en parlant notamment de Bérénice qu’il est des pièces qui ne sont pas à représenter mais à lire car pour lui la pièce de Racine est plus un poème élégiaque qu’une véritable œuvre théâtrale. Ce nest la que son avis. Il sarrete a la beaute du texte et ne veut que voir cette esthetique la. Certes le texte estsuperbement ecrit mais cela nempeche que la piece puisse etre mise en scene et jouee !

§4- Le travail d’écriture est d’autant plus important, sinon plus, pour une pièce de théâtre que pour un roman ou un poème. Un texte théâtral lu et non-représenté ne perd pas pour autant de son crédit et laisse même le temps au lecteur d’admirer la beauté de l’écriture. Ainsi, certains auteurs destinentleurs pièces de théâtre qu’à la lecture et non à la scène. On pourra citer entre-autres Alfred de Musset avec son « théâtre dans un fauteuil » et ses pièces injouables pour l’époque tel que Lorenzaccio. De même, Cromwell de Victor Hugo reste une pièce pratiquement injouable du fait de ses dimensions démesurées : 6000 vers, 60 personnages sans compter les foules, 74 scènes. Cependant, malgré leurvocation purement littéraire, ces œuvres ont marqué, bien sûr la littérature française mais aussi le théâtre français. Lorenzaccio connaîtra après la mort de Musset de nombreuses et brillantes représentations. Tout texte au langage dramatique (caractère théâtral) comporte donc en soit une représentation.

2) Une représentation

§1- Le théâtre si on en revient à sa définition première,...