Le théatre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet :

On a pu dire que le théâtre était parmi les genres littéraires le plus conventionnel. Après avoir précisé quelles sont les conventions essentielles que le théâtre impose, vous chercherez les raisons pour lesquelles, selon vous, le spectateur se soumet volontiers à ces conventions et accepte sur scène les fantaisies les plus débridées qu’il refuserait dans la vie réelle.

Convention :ce qui est considéré comme la norme, ce qui est admis par un accord tacite ou explicite, ce qui résulte d’une règle acceptée.
Devant l’impossibilité d’une illusion totale, les dramaturges ont élaboré des conventions = tout ce qui peut faire perdre au public le sentiment du double temps, du double espace. Appelle la complicité du public. Concerne la prise de parole (aparté, monologue à voixhaute), la construction de la pièce (règle des 24heures).
Questions soulevées par le sujet :
1. En quoi le théâtre est-il un genre littéraire conventionnel ?

2. Pour quelles raisons le spectateur accepte-il les conventions ?

3. Comment le théâtre du XXème siècle a-t-il cherché ou est-il parvenu à rompre ces conventions ?

Introduction :

André Gide aurait pu dire que le théâtreétait un genre littéraire conventionnel. En effet, il écrit en 1901 dans le roi Candaule : « au théâtre, ce qui sort de la convention paraît faux. Le théâtre vit de conventions. On en veut à qui nous en tire ; à qui tâche de nous en tirer ».

Mais que sont ces conventions ? Celles imposées par le théâtre ?

En quoi le théâtre est-il un genre littéraire conventionnel ? Pour quelles raisons lespectateur accepte-il les conventions ? Comment le théâtre du XXème siècle a-t-il cherché ou est-il parvenu à rompre ces conventions ?

D’abord nous balayerons les conventions essentielles que le théâtre impose au spectateur puis nous expliquerons les raisons pour lesquelles le spectateur s’y soumet et accepte les fantaisies les plus débridées.

Conclusion :

➢ Répondre à la problématique(aux questions posées dans l’introduction).

➢ Elargir la réflexion.

Le théâtre est donc un genre littéraire assez conventionnel, puisqu’il se soumet à des règles malgré quelques exceptions. On a vu que le spectateur se pliait à ces conventions pour se divertir, mais qu’il acceptait aussi d’assister aux fantaisies incroyables de certains auteurs et metteurs en scène.

Cependant, lethéâtre n’est pas le seul genre littéraire conventionnel, la poésie, par exemple, fait aussi parti de ces genres respectant à des règles.

I) Les conventions essentielles que le théâtre impose au spectateur

A la différence d’un autre genre littéraire, le théâtre met en avant un texte écrit par un auteur et

Depuis son origine, le théâtre repose sur un ensemble de conventions,c’est-à-dire des règles, des codes, considérés comme « normaux », compris et admis du spectateur. Il s'agit de règles qui sont à la fois esthétiques et idéologiques et qui sont nécessaire au bon déroulement des représentations.

1) Le théâtre classique, fondé sur la règle des trois unités -temps, lieu, action- permet aux auteurs de rendre la pièce plus vraisemblable, plus réaliste [EXEMPLES].{Lieu unique, 24heures, une intrigue principale.}

Autres exigences du théâtre : la bienséance, un code pour ne pas choquer le spectateur(ne pas aller contre la morale établie),

La vraisemblance fait partie des codes requis dans l’art théâtral pour mettre en avant une histoire doit paraitre vraie). Boileau affirme dans l’art poétique : « l’esprit n’est point ému de ce qu’il ne croitpas ».

2) Des conventions théâtrales sont utilisées par les auteurs et les metteurs en scène pour représenter un monde d’apparence.

- Décors, éclairage, objets et accessoires.

- Comédiens, costumes.

- Langage (exagéré ?), paroles.

- Texte, didascalies, apartés, spectateurs.

Les dramaturges vont utiliser l’aparté pour nouer cette complicité, seul le...