Le totalirisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5468 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INRP. Mémoire et Histoire. 2002.

Hannah Arendt Le système totalitaire
Première édition : 1951 Introduction :
Hannah Arendt est née à Hanovre en 1906. Elle mène des études de philosophie à l’Université de Heidelberg où elle suivra les cours de Husserl, Heidegger et Jaspers. Elle fuit le nazisme dès 1933 pour s’installer en France puis aux Etats-Unis dès 1941. Son œuvre est aujourd’huiconsidérée comme un incontournable de la philosophie politique après être restée dans l’ombre pendant de nombreuses années, comme en témoigne le silence qui entoura la publication en France des Origines du totalitarisme, son œuvre majeure, par les soins de Paul Ricoeur, en 1961. On lui doit aussi un essai d’anthropologie devenu un autre classique, Condition de l’homme moderne, où elle entreprend lacomparaison entre le monde moderne et le monde pré-moderne, ainsi qu’un ouvrage intitulé Eichmann à Jérusalem, recueil des articles écrits pendant le procès du criminel nazi Eichmann en 1961, qui lui valut bien des controverses et des polémiques. Le système totalitaire est le troisième tome des Origines du totalitarisme, après l’Antisémitisme et l’Impérialisme. Arendt tente de reprendre la démarche dela politologie classique, celle qui va d’Aristote à Montesquieu et Tocqueville, pour déterminer l’essence propre d’un régime qu’elle considère comme totalement inédit et sans précédent : le totalitarisme.

Les thèmes du livre :
Le totalitarisme comme événement négatif : Le totalitarisme désigne, pour Arendt, un type de régime politique inédit apparu à l’ère moderne, destiné à organiser la viedes masses. A ce titre, l’auteur le réfléchit comme un événement. Mais cet événement n’est pas un événement de plus au sens où l’emploie l’historien pour désigner ce qui scande un pas supplémentaire dans le cours normalisé de l’histoire, il définit une sorte d’événement au carré, un événement d’un type nouveau, qui rompt avec tout autre type d’événement, et avec l’histoire elle-même comme séquenced’événements plus ou moins marquants. Le mot de crise est sans doute celui qui traduit le mieux le phénomène que veut désigner ici Hannah Arendt et à ce titre on peut avancer que le totalitarisme définit la crise globale de la civilisation occidentale. Il est donc une sorte de brèche dans l’histoire en général et dans l’histoire du politique en particulier, ce qui pourrait se traduire comme suit : letotalitarisme constitue une rupture radicale avec tous les régimes possibles ou ayant existé, et en particulier ceux qui peuvent en être rapprochés, qu’ils soient despotiques, tyranniques ou dictatoriaux.

1

INRP. Mémoire et Histoire. 2002. Malgré tout ceci, Arendt tente d’élaborer une sorte d’essence du totalitaire : elle lui trouve une assise dans un certain type de société (la société demasse) et dans un certain type d’expérience humaine fondamentale (la désolation). Cette sociologie apparente est trompeuse : Arendt dans le même temps qu’elle établit des caractères fondamentaux et élucide des règles de fonctionnement du totalitaire, travaille à rebours de la constitution d’un modèle positif, car l’événement totalitaire est purement négatif. Il détruit le politique, l’homme et lemonde avec. Du côté de son inscription sociale, il est le produit de l’effondrement de la société de classes et du système des partis hérités du XIXe siècle, et il coïncide avec l’apparition d’une masse apolitique d’individus soumis à l’isolement et à l’atomisation, privés de toute appartenance. Mais ceci ne constitue pas cette société de classes en une sorte de modèle positif perdu. Elle portaitau contraire en germes tous les éléments qui vont trouver leur assemblage dans le syndrome totalitaire : la populace, qui désigne pour Arendt le nombre croissant des individus maintenus en dehors du système d’identification et d’inscription sociale des classes et des partis, et dont le totalitarisme signera la revanche le jour où elle et ses valeurs prendront le pouvoir, la bourgeoisie et...
tracking img