Le travail, disseration

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La technique – Le travail

Le travail dans l’Antiquité, le travail à l’époque moderne : différences essentielles ?

La main caractérise l’humain. L’Homme dispose avec la main d’un outil naturel. Dans l’Antiquité, le travail repose essentiellement sur l’utilisation de la main. Le travail implique une instrumentalisation du corps. C’est l’intelligence humaine qui a su faire de la main un outil,un usage technique. Les artisans sont effectivement très nombreux à cette époque : tisserand, cordonnier, maçon… Ici, la force de travail dépend de l’énergie de l’homme. La main de l’artisan qui œuvre pour transformer la Nature se sert de l’outil pour faciliter sa tâche. La nature est un ensemble de ressources qu’il va falloir exploiter, maîtriser car elle est puissante. L’Homme dépend de lanature. Il y a contact important entre l’Homme et la nature s’opérant par le toucher, et l’outil est un médiateur entre lui et la nature. Chaque métier, chaque profession est attribuée selon les dispositions naturelles, tous les Hommes ne sont pas semblables. Cette répartition permet à la fois l’intérêt commun des habitants de la cité car on obtient alors des biens plus nombreux et de meilleurequalité, et la possibilité d’exprimer ses dons, de les rendre utile.
A l’époque moderne, dans certaines industries, prône le travail à la chaîne où le travail est décomposé en de gestes simples, monotones et répétitifs, contraire de la répartition du travail dans l’Antiquité. Pour Marx, le travail est aliénation et exploitation de l’ouvrier ; elles sont d’autant plus grandes que la technique progresse,au sens où elle dépossède l’homme de lui-même, et a pour conséquence qu’il ne s’appartient plus. L’ouvrier, qui ne définit ni les conditions, ni le but, ni les moyens de son travail, ne peut en tirer la moindre satisfaction directe. Dans le travail à la chaîne, l’ouvrier ne peut pas vraiment aimer ce qu’il fait, il vend sa force de travail, se vend lui-même pour un salaire. Ainsi, il devient unesorte de marchandise pour son patron. L’intérêt commun ne constitue pas la fin de son travail. De plus, aujourd’hui, la technique domine dans le travail. A l'avènement de l'ère industrielle, la machine s’interpose entre l’homme et la matière. Avec le travail automatisé, la machine remplace l’homme. La main est de moins en moins utilisée. « Le travail est de prime abord un acte qui se passe parentre l’Homme et la nature », Marx. A l’époque moderne en comparaison à l’Antiquité, le contact entre l’Homme et la nature a été très fortement amoindri. Le contact direct avec la matière disparaît et se fait beaucoup plus distant. A l'avènement de l'ère industrielle, la machine s’interpose entre l’homme et la matière. Le travail n’est plus une manipulation exigeant des efforts intenses, une certainehabileté. Il devient un contrôle des possibilités de la machine.

Pour Socrate, le travail naît du besoin naturel. Le travail est soumission de l’Homme à la nécessité. Dans l’Antiquité, le travail semble surtout viser la survie de l’Homme qui se doit de se nourrir, de se loger, de se vêtir. Le travail est alors appliqué aux nécessités élémentaires et secondaires, à ce à quoi le corps réclame. Entant qu’Homme, nous avons des désirs qu’Epicure qualifie de nécessaires et naturels que nous devons assouvir pour être heureux. Leur assouvissement réclame un effort surtout physique mais également intellectuel, une utilisation de la nature : le travail.
A l’époque moderne, la nécessité qui nous pousse au travail semble fondamentalement économique. Par exemple, dans le travail à la chaîne, letravail n’a plus aucune substance, la seule justification que l’on puisse lui trouver, c’est l’argent que l’on y gagne. Le travail s’accompagne d’un impératif de rendement optimal. On vise à améliorer de plus en plus les moyens de production. Le souci de rentabilité domine : on veut toujours produire plus et plus dans les quantités nécessaires pour satisfaire les besoins.

Mais, le travail est...
tracking img