Le travail est-il le meilleur moyen de se connaître soi-même?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I/ Le travail comme bon moyen de se connaître soi-même

Le travail comme maîtrise de soi.

Le travail est avant tout une nécessité, une contrainte imposée par la nature, puis très vite cette contrainte sera sociale, imposée par les hommes. Le travail est servile dans son essence (c’est un moyen de survie et parfois même une marque d’esclavage) et pourtant il est l’acte humain par excellencepuisqu’il permet une transformation intelligente de la nature, nous modelons le monde à notre image. Mais non seulement le travail humanise l’univers, mais il humanise le travailleur lui-même, lui fait prendre conscience de ses limites, mais aussi lui donne une certaine maîtrise de lui-même. Cette maîtrise lui ouvrira-t-elle une authentique connaissance de lui-même ?
Hegel au début du 19ème siècleavait réussi à exprimer l’ambivalence du travail en termes dialectiques, dans La phénoménologie du maître et de l’esclave, à travers la dialectique du maître et de l’esclave. Pour comprendre cette transformation qui conduit l’homme de la servilité à la maîtrise, Hegel utilise le modèle de l’esclavage antique. L’esclavage né d’un combat, d’un duel. Deux hommes luttent l’un contre l’autre etrisquent leurs vies pour l’honneur. On est un homme si on est capable de risquer sa vie juste pour l’honneur, si on est capable d’avoir une certaine distance vis-à-vis de la nature et de sa nature, c'est-à-dire de dépasser l’instinct de conservation de soi. Lors du combat, l’un est plein de courage, supérieur à sa propre vie, l’autre va prendre peur, il se solidarise avec sa propre vie animale, il sesoumet et choisit pour conserver sa vie de devenir l’esclave de l’autre, du latin « servus », c'est-à-dire « celui qui a été conservé ». Alors que le maître oublie les rigueurs du monde extérieur et s’en remet pour tout à son esclave, ce dernier lui va apprendre à connaître et à maîtriser la nature et à se maîtriser lui-même, en maîtrisant ses propres désirs. Il entre dans le principe de réalité.Par une conversion dialectique, le travail servile va lui rendre sa liberté. Alors que le maître qui comme un enfant ne maîtrise pas ses désirs et ses caprices, devient l’esclave de son esclave, l’esclave lui retrouve une vraie maîtrise. Cette maîtrise lui permet-elle une connaissance de lui-même ? Puis-je apprendre à me connaître à travers ce que je fais ?

Le travail comme objectivation

Letravail est toujours la mise en forme d’un matériau. L’esprit conçoit la forme et cette forme va s’extérioriser dans la réalité concrète. L’objectivation c’est un double mouvement par lequel la nature s’humanise, prend forme humaine, et par lequel l’homme s’extériorise dans l’objet. Cette objectivation a un double avantage : elle permet de forger nos qualités. Par le travail que je fais, mesfacultés se forment, se forgent. Au lieu d’être un homme plein de possible comme l’enfant, je me détermine, je réalise mes possibilités. On passe de l’indétermination à la détermination, de l’abstrait au concret, du virtuel à l’actuel.
Et de fait, le travail permet une certaine connaissance de soi. C’est l’épreuve objective de nos possibilités, de nos facultés. Mais cette connaissance objective nelaisse rien passer : « je dois faire mes preuves ». Le travail est un moyen objectif de se connaitre soi-même, c’est une épreuve réelle. L’objet qui est fait renvoie une image objective de ce que je suis capable de faire à un moment donné, c’est une connaissance qui n’est pas statique mais dynamique et qui me permet de progresser, contrairement par exemple à un test psychologique qui dit ce que je suisà un moment donné. Le travail donne une connaissance de soi qui est évolutive.
De plus cette connaissance de soi me situe par rapport aux autres et cela de deux manières : grâce au travail je peux me dégager de l’opinion immédiate que l’autre se fait de moi par mon apparence. De plus, tout travail me situe, me fait entrer dans une compétition avec les autres.
Mais cette connaissance que...
tracking img