Le travail est-il une contrainte?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1011 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le travail est-il une contrainte ?

Le travail est au croisement d’une activité privée et d’une activité sociale. Il s’exerce durant le temps de ma vie mais il ne concerne pas que moi car il engage une communauté d’hommes, qui me procure à titre de groupe mon travail, qui permet les échanges, qui développe les techniques dont je peux ensuite user à titre privé. Comme activité privée, letravail est tour à tour développement de soi et fatigue, effort sur ma paresse. Comme activité sociale, il est tour à tour perte de mon temps, captif des autres, des horaires, des objectifs qui me sont donnés, et promotion de ma petite personne à l’appartenance à une communauté. Cette quadruple opposition est-elle cause du sentiment souvent vécu du travail comme contrainte ? Pourtant, la contraintevéritable se joue dans la possibilité d’un passage à la limite : je ne suis contraint que là où mon acte s’accomplit sous peine de perdre la vie. C’est rarement le cas pour le travail. Faut-il changer le sens du mot « contrainte » ? Lui donner l’équivalent de celui de nécessité ou d’obligation ? On perdrait alors la spécificité du travail car on peut appeler nécessaires ou obligatoires des actes quin’ont rien à voir avec lui, comme tomber d’une tour (nécessité de la pesanteur) ou ne pas mentir (obligation que je peux revendiquer comme mienne). On verra que la contrainte du travail ne concerne pas son exercice privé mais plutôt le rapport à autrui et plus largement à la communauté : il y aura contrainte là où le travail interdit la liberté, c’est-à-dire là où l’autonomie, la capacité à êtrel’auteur de la loi qui m’oblige, s’est volatilisé au profit de la soumission.

1) La contrainte n’est pas exercée par la nature sur le travail : ce serait confondre travail et nécessité.
a) le travail résout la difficulté de l’homme à survivre car la nature est avare de biens comblant mes besoins.
b) mais la nécessité naturelle ne peut être appelée contrainte : elle est la condition depossibilité de l’existence humaine ainsi que sa limite. Je ne suis pas contraint par la mort, par la loi de la gravitation ou par le besoin de s’alimenter.
c) le travail de la nature est un acte qui grandit l’homme et augmente ses pouvoirs : par la technique, par l’objectivation dans la matière de ce qu’il a d’abord pensé. (Hegel : texte vu en classe)
d) pas plus ne peut-on dire que l’effort, lapénibilité sont des contraintes, dans la mesure où ils sont intérieurs au travail lui-même, et donc sont sa possibilité. Sinon, tout effort ou pénibilité pourraient s’appeler contraintes : l’entraînement du joueur de foot comme les charges de plâtre du sculpteur ou une partie de cache-cache dans un lieu escarpé !
2) La contrainte du travail est un conflit d’obligations
a) Une obligation n’est pasune contrainte : nous sommes obligés de travailler, or toute obligation s’accompagne de la liberté de ne pas la suivre. L’obligation du travail est double : en moi-même, elle est exigence de comprendre le monde intellectuellement ou pratiquement, dans la société, elle est obligation d’augmenter la richesse collective.
b) Il y a conflit : je suis aussi mon propre obligé : j’ai comme le dit Kantl’obligation morale de me cultiver (car que deviendrait une communauté d’hommes voués à des tâches laborieuses, sans temps de réflexion et d’invention) il y a conflit entre le temps que je donne au groupe et le temps dont je voudrais disposer pour moi-même
c) une part de ma vie est soustraite, donnée à la communauté : le salaire comme fin du travail me fait vivre celui-ci comme une contrainte réelle: je dois gagner ma vie (ou je meurs) , or la gagner passe par des activités absurdes, qui ne se plient ni à la nécessité de l’objet à faire (artisanat par ex), ni à la solidarité sociale (travailleur atome, pris dans des impératifs « mondiaux »), mais qui ne prennent sens que par leur fin – la paie. Plus je travaille pour de l’argent, plus je vis mon travail comme contrainte, c’est-à-dire...
tracking img