Le travail et le loisir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1277 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
  De tout temps, le travail est apparu comme une nécessité. On le critique cependant, ou on l'idéalise, il est parfois source de contrainte, parfois de satisfaction. Le rapport de l'homme au travail est donc particulier et ambivalent. Le travail a été mis en exergue par l'actualité : « travailler plus pour gagner plus » est un clogan resté dans toutes les mémoires. Le travail est ainsi conçucomme une nécessité extérieure, popularisée par les besoins matériels de chacun. Le travail est ainsi généralement opposé au loisir, matérialisé par des moments de plaisirs, qui permettent le développement intérieur. Cependant, on peut se demander si le loisir est la seule possibilité de se réaliser. Pour cela, il apparaît important de distinguer d'abord deux types de travailleurs : celui qui ne peutconcevoir le loisir ; et le travailleur qui n'aspire qu'à celui-ci. Enfin il semble qu'il faille devoir concilier travail et loisir pour s'accomplir.

 

I. L'image du fanatique du travail qui ne conçoit pas le loisir

   Le « fanatique du travail » décrit par Pieper ne peut concevoir l'idée de losisir. Pour lui, le travail est un but en lui-même, ainsi, le fanatique peut-être caractériséprécisément. Cette vision conduit toutefois à une perversion du travail.

   1. Le travail comme but

   Concevoir le travail de ce point de vue nécessite de le penser comme un but, seul le travail compte. Le loisir n'est pas productif, puisqu'il est un êtat d'oisiveté permanent, sans but précis. « Le travail c'est la santé » énonce le dicton populaire, qui résume cette pensée. Le travail permetau fanatique de se réaliser, à la force de son poignet, sans aucun autre aide, c'est un effort méthodique qui produit une oeuvre, dont le but est clairement matérialisé, symbole à la fois d'utilité et d'accomplissement.

   2. Caractéristiques précises

   Le « fanatique du travail » se distingue par trois caractéristiques principales : l'utilitarisme, le volontarisme et l'activisme. Le but dutravail est clairement de s'insérer dans un système socio-économique, qui permet de produire utilement. De plus, toute activité qui est facile, ou à laquelle on prend du plaisir, est suspecte, le seul moyen doit être l'effort, symbole de mérite qui est ici absolutisé. Enfin il est impensable de recevoir, on ne doit tout qu'à soi-même. « Le travail éloigne de nous trois grands maux, l'ennui levice et le besoin » disait Voltaire, résumant ainsi la pensée fanatique. Travailler permet donc de ne pas penser aux contraintes rencontrées au quotidien. Cela rejoint l'idée de l'« homo-faber » décrit par Kierkegaard, celui qui fait, sans nécessairement réfléchir. 

   3. Perversion du travail

   Cependant, cette conception du travail aboutit nécessairement à une perversion de celui-ci,illustrée par l'étymologie du terme « travail », « tripalium » en latin, qui désigne un instrument de torture. C'est donc cette image que le travail renvoie. Ce dernier domine ainsi progressivement le loisir, jusqu'à l'occulter complètement, ce qui n'est plus bénéfique à l'homme, qui se retrouve dans un état végétatif, à cause de l'extenuation. Contredisant le « travailler et ne pas désespérer » du pointde vue protestant, cette perversion conduit justement à un état de dépression qui repose sur la réification que subit le travailler, se transformant en ce qu'il produit : une machine.

   Se dessine ainsi l'idée de finalité : le travail est-il une finalité en lui-même ? Permet-il autre chose ?

 

II. Le loisir comme résultat du travail

   Ainsi le loisir résulterait du travail. Il estdonc nécessaire de distinguer loisir et travail dans le temps et l'action. Cette conception du loisir le place comme but unique ; la réalisation de soi-même passe donc par la contemplation.

   1. Distinctions temporelles et actionnelles

   Distinguer travail et loisir revient à distinguer deux périodes différentes. Le travailleur conçoit des moments de travail pur, mais qui n'ont d'autre...
tracking img