Le travail n'est-il pour l'homme qu'un moyen de subvenir à ses besoins

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3961 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 Cette tradition fait du travail une punition infligée à l’homme par Dieu.
 A l’origine de l’humanité, Adam et Eve (les premiers hommes) ne travaillaient pas et pouvaient jouir éternellement de cette plénitude. Mais contre l’ordre divin, Adam croqua dans le fruit défendu
 Or le plaisir, selon Nietzsche, c’est la « sensation d’un accroissement de puissance » (in La Volonté de Puissance,Livre II). Si l’homme prend du plaisir à travailler, cela signifie donc que le travail provoque chez lui un sentiment d’accroissement de puissance. Du latin potens, puissance signifie pouvoir, faculté. Le jardinier, en travaillant acquiert des habiletés (premier accroissement de puissance), et a le sentiment d’avoir quelque chose en plus que son voisin (second accroissement de puissance).
De cefait, on en déduit que l’action de travailler ne se réduit pas à la satisfaction de mes besoins vitaux mais s’étend au contraire à la réalisation d’un mieux hypothétique, qui réside à la fois dans l’amélioration de mes facultés et dans l’amélioration de mes possessions matérielles. Le travail est donc progrès

INTRODUCTION
Dans son sens premier besoin désigne tout ce qui est nécessaire à l’hommepour assurer son existence. Boire, manger, dormir… l’homme doit subvenir à tous ces besoins pour survivre. Mais la nature est hostilepour l’homme. Pour Platon, l’homme est plus que tout autre animal un être faible. Ces éléments vitaux ne s’obtiennent pas toujours directement (creuser un puits, faire du pain avec le blé…). L’assouvissement des besoins nécessitent donc une transformation de la naturepour en obtenir les formes utiles à la vie. Cet acte s’appelle le travail.Le travail permet donc à l’homme de subvenir à ses besoins. C’est évident. Mais le travail n’est-il pour l’homme seulement qu’un moyen de subvenir à ses besoins ?Autrement dit le travail n’apporte-il pas à l’homme autre chose ? De prime abord l’homme semble considérer le travail comme une tâche fastidieuse, éprouvante, qu’iln’effectue que pour la finalité(le salaire, l’objet créé…). (cf. thèse de Marx : le travail humain est toujours finalisé ; l’homme ne travaille pas par nature mais pour l’aboutissement de ses projets). Cependant si l’on considère seulement le travail comme une activité dénuée de tout intérêt si ce n’est le but, comment expliquer que les retraités ressentent souvent un « vide » dans leur vie, uneimpression d’inutilité (qu’ils peuvent compenser par le bénévolat)
et parfois une profonde tristesse alors que par la pension de retraite de l’Etat subvient à leurs besoins ; comment encore expliquer cette sorte de volonté des milliardaires de se « rendre utile » à la société ou sombrent parfois dans des paradis artificielsbien qu’ils disposent de tout pour assouvir pleinement leurs besoins. Cesdeux types d’individus ne travaillant pas, bien qu’ils aient leurs besoins assurés ressentent donc un certain vide qu’ils tentent de combler ?Et si le travail était finalement bien plus qu’un moyen de subvenir à ses besoins ?
Partie I
Le travail n’est qu’un moyen de subvenir à ses besoins
Thèse
 Etymologiquement : -tripalium(outil agricole de contention, il fut ensuite utilisé pour latorture des esclaves)
-trabicula (poutre servant de chevalet de torture)
 Travailler a longtemps gardé le sens de « faire souffrir » mais aussi par ce travail produire.
 La civilisation (ensemble cohérent d’individus partageant une culture, des techniques des comportements semblables) occidentale (dont nous faisons partie) est fortement influencé par la religion judéo-chrétienne.
 Cettetradition fait du travail une punition infligée à l’homme par Dieu.
 A l’origine de l’humanité, Adam et Eve (les premiers hommes) ne travaillaient pas et pouvaient jouir éternellement de cette plénitude. Mais contre l’ordre divin, Adam croqua dans le fruit défendu.
Dieu sanctionna l’homme en le rendant mortel et en le contraignant à travailler. Désormais « tu travailleras à la sueur de ton front....
tracking img