Le vallon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4596 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Acceptions du terme, étymologie et origines

Le terme « fantastique » désigne à l’origine ce qui existe seulement dans l’imagination. Ce mot vient du bas latin « phantasticus », signifiant la capacité de créer des images, la fantaisie. Il y a toute une famille lexicale: « phantasia », avec le sens d’image, d’idée, « phantasma » en désignant une apparition, un spectre, un fantôme et« phantastiké » en renvoyant à la faculté d’imaginer de vaines choses. Dans le latin tardif, le mot « phantasticus » est attesté aussi avec le sens d’irréel, d’imaginaire, cette dernière racine étant adoptée par toutes les langues européennes qui ont développé leurs propres nuances (fr. « Fantastique », ital. « Fantastico », allem. « Phantastich », angl. « Fantastic », rus. « Fantastika »).
Atravers le temps, le terme a connu une série d’acceptions avec des connotations positives ou péjoratives comme: possédé (Moyen-Âge), produit de l’esprit aliéné (Renaissance), incroyable, bizarre, excentrique, hors de la réalité, imaginaire (XVII e siècle). Au XIX e siècle, le terme apporte l’idée de « caprice, frivolité près de celle de chimérique, il signifie aussi ce qui n’a que l’apparence d’un êtrecorporel, sans réalité » (Dictionnaire de l’Académie, 1831). Graduellement ont apparu des nuances sémantiques nouvelles: extravagant, bizarre, étrange, grotesque, excentrique, absurde, irrationnel etc.

Fantastique, Merveilleux, Science-Fiction, Étrange

On confond souvent le fantastique avec le merveilleux, la science fiction ou l’étrange. Il est vrai que ses frontières touchent àleurs domaines.
Le merveilleux installe le lecteur d’emblée dans un univers parallèle. C’est par la formule « Il était une fois » que le conte de fées commence ; on rencontre des nains, des géants, des lutins, des princesses déguisées en sorcières - dans le livre, mais pas dans la réalité.
Le fantastique a toujours affaire à la réalité. C’est de notre monde qu’il s’agit et l’aventurecontée pourrait bien nous arriver. D’où la peur, l’angoisse.
La science-fiction, comme son nom l’indique, part d’une hypothèse scientifique. Elle projette le lecteur dans le monde de demain. Même si elle utilise la machine à remonter le temps et nous permet de nous retrouver dans la préhistoire ou à l’époque de Louis XIV, c’est toujours du futur qui a inventé cette machine.
Lefantastique n’est guère scientifique. Il ouvre la porte aux superstitions, aux coïncidences, aux phénomènes parapsychologiques. Il est tourné vers le passé plus que vers l’avenir. Les fantômes surgissent d’autrefois, les morts reviennent.
Quant à l’étrange, il ne fait pas intervenir le surnaturel. Il se penche sur des cas limites, exceptionnels, mais il reste possible.
Le fantastique, lui,part du quotidien le plus ordinaire, le plus morne souvent. Mais il nous rend perplexes. Il ouvre en général sur plusieurs interprétations.

Aspects du fantastique (thèmes)
Les thèmes les plus fréquents rencontrés dans l’œuvre fantastique sont: la sorcellerie, le diable, les fantômes, les créatures de la nuit, le double, la peur, le mal etc.
La peur
La lecture de textesfantastiques provoque souvent mais non nécessairement un sentiment de peur ou d’angoisse. Sigmund Freud explique ce sentiment par « l'inquiétante étrangeté » propre à la littérature fantastique. Le terme allemand utilisé par Freud est « unheimlich » qui signifie « non-familier » mais aussi « non-caché ». Ainsi, le propre du fantastique serait de révéler des choses habituellement cachées, des chosesque nous ne voulons pas voir : le sang, les cadavres, la nuit, les ruines.
Le Mal
Les manifestations du surnaturel dans la littérature fantastique sont généralement néfastes : il n’y a pas de place pour les anges, les bonnes fées ou les bons génies. Le fantastique fait la part belle au Mal et à ses incarnations. C’est aussi une littérature de la souffrance, de la folie, de l’échec....
tracking img