Le vanité dans les pensées de pascal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (333 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pascal, Les Pensées

Liasse II : Vanité

Qu’est ce que la vanité pour Pascal et comment met-il en valeur ses propos dans cette liasse ?

La seconde liasse du recueil expliqueclairement le principal message de Pascal : l’homme est condamné à sa situation misérable, causée par les vanités, s’il n’atteint pas la grâce de Dieu.

Cette liasse souligne la polysémie dumot « vanité ».

Tout d’abord, la vanité est le caractère de tout ce qui est vide, vain, sans durée, creux. Elle peut prendre de multiples formes selon Pascal : la peinture (fr. 37), lessciences (fr 21), la gloire (fr 34), l’amusement (fr 11), les dignités sociales (fr 28)…

De plus, Pascal accorde une grande importance à la vanité que sont les apparences. L’homme chercheconstamment à être approuvé par autrui, il est sans cesse préoccupé par l’image que les autres se feront de lui. Cela qui le conduit à rentrer dans un jeu d’illusion qui domine sur laréalité et la vérité. Le fragment 34 montre que l’homme préfère des biens imaginaires et vides aux biens véritables.

Enfin, le philosophe dénonce l’attitude l’homme face à la durée (fr 29). Ilattache de l’importance à sa réputation en fonction du temps durant lequel il profitera des bénéfices. De même, l’homme est incapable de profiter du temps qui passe, de s’attacher au présent.Il est sans cesse entre le souvenir du passé et les projets du futur (fr 43).

Cette liasse est stylistiquement très hétérogène. Certains fragments s’apparentent plus à une prise de notede l’auteur par leur brièveté, leurs phrases nominales, leur incohérence (fr 30, fr 17). D’autres réflexions au contraire sont très abouties et parfaitement rédigées (fr 41).

Ainsi,Pascal dénonce la vanité de l’homme mais pas pour la corriger. Pascal n’est pas un moraliste .Il établit un constat de la nature humaine pour prouver la nécessité du secours procuré par la...