Le verbe et la chair

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1211 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le verbe et la Chair-René Char

René Char est né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la Sorgue. En 1928 il publie ses premiers poèmes, et rencontre peu après les poètes surréalistes. Affirmant la primauté de la poésie, et se vouant entièrement à son exercice, René Char construit une oeuvre sans concession, faite de fureur et de mystère.

L’oeuvre de René Char peut s’articuler autour detrois vocables: poésie ,éthique,poétique. Considèrant qu’être poète,c’est agir, ses textes campent la lutte et le refus permanent, comme dans “Les feuillets d’Hypnos”, qui èvoquent ses années dans la Résistance.

Sa poèsie prend des formes extrêmement variées cheminant vers une parole juste et nécessaire. Ses textes, parfois difficiles, sont d’une richesse inépuisable, ancrés dans lessplendeurs du monde.

Cronique poéthique des années passées, les Feuillets d’Hypnos parlent d’affrontement de la mort avec la trahison, de régression vers la vie des cavernes. L’écriture est gouvernée par les conditions particulières de la situation du poète.

La situation de René Char l’oblige en effet à être en permanence sur ses gardes et à changer souvent de based’opérations. Hypnos est le pseudonyme de resistant de René Char. Il se considèrait comme celui qui veillait sur son peuple dans la nuit de Seconde Guerre Mondiale. René Char c’est avant tout le poète, la voix. À chaque fois, il faut se replonger dans ses textes remplis de fulgurances et d’aphorismes furieux et pressès.

Ces feuillets sont le carnet rédigé tout au long de la guerre par le poète.“Ces notes, écrit Char en exergue, marquent la résistance d’un humanisme conscient de ses devoirs, discret sur ses vertues, désirant réserver l’inaccesible champ libre à la fantaisie de ses soleils, et décidé à payer le prix pour cela.” Sans que l’acuité des circonstances soit jamais compromise Char tire du réel de dures leçons sur la vaillance, le bien et la mal, l’oppression et la liberté, la vie etla mort, mettant bien en évidence son goût pour le jugement universel, la morale pertinente et l’apophetegme révélateur. Pourtant, ce qui distingue la poésie de Char, féconde en pensées, c’est que le poète y médite lonquement, posément, sur la poésie. Pour Char la poésie est un moyen d’expression et un lieu où réfléchir sur son art.

Comme le passager d’un train qui se précipite versl’inconnu révélant un paysage constamment vierge, renouvelé, Char regarde le monde extérieur se presenter en une série de spectacles imprévus, qu’il faut goûter pleinement comme autant d’instants séparés-mémorables parce qu’éblouissants bien que destinés à s’effacer.

La valeur et le poids de l’instant s’imposent spontanément à l’époque de Feuillets d’Hypnos où le poète combattant ahâte de se marier à l’événement, d’épouser la cause de ses frères, de se voir impliqué dans une action qu’il faut exécuter immédiatement pour repousser l’attaque ennemie.

Avant de décrire le tableau du Prisonnier, le poète prend bien soin d’indiquer
les circonstances particulières dans lesquelles ce tableau s’inscrit :
La reproduction en couleur du Prisonnier de Georges de la Tourque j’ai piquée
sur le mur de chaux de la pièce où je travaille, semble, avec le temps réfléchir
son sens dans notre condition.(...). Depuis deux ans pas un réfractaire qui n’ait
passant la porte, brûlé ses yeux aux preuves de cette chandelle.
Cette précision sur l’emplacement du tableau souligne d’emblée le lien avec sa
situation de résistant qu’il qualifie ici de « réfractaire ». Lareproduction du Prisonnier
est au coeur même des combats, dans le poste de commandement du Capitaine
Alexandre, pseudonyme de résistant du poète, où se donnent et se prennent les missions
militaires. Il représente l’horizon fermé de ceux qui se cachent dans la clandestinité du
Maquis, murés dans leur repaire. D’autre part, le poète identifie le tableau à son désir de
nuit. Car...
tracking img