Le vieillard et les trois jeunes hommes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1830 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Vieillard et les trois
jeunes hommes.

La fable Le Vieillard et les trois jeunes hommes est la huitième du livre XI de Jean de La Fontaine situé dans le second recueil des Fables de La Fontaine, édité pour la première fois en 1678. Jean de La Fontaine est un poète, moraliste, dramaturge et romancier français du Classicisme, époque du règne de Louis XIV.
Le genre littéraire étudié iciest la poésie et la fable, le thème de cette fable est la mort. C'est un texte argumentatif à registre tragique avec une touche de registre comique.
Tout au long de ce commentaire, nous allons étudier dans ce texte: le dialogue entre le vieillard et les trois jouvenceaux, les registre épique et tragique, la morale de cette fable afin de prouver que c'est une fable philosophique etparticulièrement une épitaphe. Le vieillard essaye de convaincre les jeunes hommes que la mort peut subvenir a tout moment dans la vie.
Tout d'abord nous allons étudier le dialogue entre les personnages. Puis nous pensons qu'il est intéressant d'étudier la morale et la particularité de la fable ci -contre.

I. Le dialogue entre les jeunes garçons et le vieillard
Cettefable, écrite par Jean de La Fontaine, est composé d'alexandrin (vers de 12 syllabes). ̏ ˮ Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage ˮ  (v.3). Seuls les deux premiers vers sont des octosyllabes. ˮ Un octogénaire plantait ˮ(v.1). ˮ Ce que je viens de raconter ˮ (v.36).Ce dernier récit est énoncé par l'auteur lui-même, ˮ je ˮ(v36).
Un vieil homme, (protagoniste de la fable), d'environ 80 ans, rencontra trois jeunes hommes alors qu'il s'occupait de son jardin. Ces trois jouvenceaux lui demandèrent dans quel but il faisait ces plantations car, étant d'un âgeavancé et par conséquent proche de la mort, il ne pourrait recueillir le fruit de son effort.
1/ La mort principale sujet dans le dialogue.
Nous remarquons que la différence d'âge entre l'homme et les trois jeunes est d'emblée accentué par la confrontation des mots ˮ octogénaire ˮ et ˮ jouvenceaux ˮau vers 3. Le ton avec lequel s'expriment les trois jeunes hommes et la mise en avant de la jeunesse donne au texte un aspect quelque peu insolent. ˮ Passe encor de bâtir, mais planter à cet age ! ˮ(v.2) De plus c'est une phrase exclamative. La thèse avancée par ces derniers estla suivante: la mort ne survient qu'à l'approche de la vieillesse. ˮ Des soins d'un avenir qui n'est pas fait pour vous ? ˮ. De plus des questions rhétoriques accentuent l'effet d'insolence évoqué précédemment et accentuent également leur argumentation. ˮ Quel fruit de ce labeur pouvez-vousrecueillir ? ˮ au vers 6. Ces jeunes garçons laissent entendre qu'il est inutile de se projeter dans l'avenir lorsqu'on est vieux et que la mort est proche. ˮ Ne songez désormais qu'à vos erreurs passés. ˮ (v.10) Ils lui disent de se retournervers le passé, de se remémorer les souvenirs avant de mourir. L'utilisation de l'imparfait (ˮ  plantait ˮ v.1 ) au début donne un mouvement lent mais l'utilisation du passé simple donne ensuite un mouvement sec et rapide (ˮ repartit ˮ v.14). Le fieu monsieur rétorque en exposant sa thèse, la mort ne peut être maîtriser par l'Homme. ˮ La main des Parques blêmes,...
tracking img