Le viel homme et la mer

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5763 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ernest Hemingway

Le vieil homme et la mer
Traduit de l'anglais par Jean Dutourd

Illustrations de Bruno Pilorget

Gallimard

Titre original : The Old Man and the Sea ISBN 2-07-051388-2 Loi n" 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse © Éditions Gallimard, 1952, pour la traduction française © Éditions Gallimard, 1982. pour les illustrations © ÉditionsGallimard. 1987, pour le supplément O Éditions Gallimard, Jeunesse. 1997, pour la présente édition Dépôt légal: juin2000 1" dépôt légal dans la même collection : septembre 1987 N° d'édition : 95813 - N" d'impression : 50619 Imprimé en Fronce par la Société Nouvelle Firmin-Didot

Il était une fois un vieil homme, tout seul dans son bateau qui péchait au milieu du Gulf Stream. En quatre-vingt-quatrejours, il n'avait pas pris un poisson. Les quarante premiers jours, un jeune garçon l'accompagna ; mais au bout de ce temps, les parents du jeune garçon déclarèrent que le vieux était décidément et sans remède salao ce qui veut dire aussi guignard qu'on peut l'être. On embarqua donc le gamin sur un autre bateau, lequel, en une semaine, ramena trois poissons superbes. Chaque soir le gamin avait latristesse de voir le vieux rentrer avec sa barque vide. Il ne manquait pas d'aller à sa rencontre et l'aidait à porter les lignes serrées en spirale, la gaffe, le harpon, ou la voile roulée autour du mât. La voile était rapiécée avec de vieux sacs de farine ; ainsi repliée, elle figurait le drapeau en berne de la défaite. Le vieil homme était maigre et sec, avec des rides comme des coups de couteausur la nuque. Les taches brunes de cet inoffensif cancer de la peau que cause la réverbération du soleil sur la mer 9

des Tropiques marquaient ses joues ; elles cou vraient presque entièrement les deux côtés de son visage ; ses mains portaient les entailles profondes que font les filins au bout desquels se débattent les lourds poissons. Mais aucune de ces entailles n'était récente : ellesétaient vieilles comme les érosions d'un désert sans poissons. Tout en lui était vieux, sauf son regard, qui était gai et brave, et qui avait la couleur de la mer. —Santiago, dit le gamin tandis qu'ils escala daient le talus après avoir tiré la barque à sec, je pourrais revenir avec toi maintenant. On a de l'ar gent. Le vieux avait appris au gamin à pêcher et le gamin aimait le vieux. — Non, dit levieux, t'es sur un bateau qu'a de la veine. Faut y rester.
— Mais rappelle-toi quand on a passé tous les deux vingt-sept jours sans rien attraper, et puis tout d'un coup qu'on en a ramené des gros tous les jours pendant trois semaines.

— Je me rappelle, dit le vieux. Je sais bien que c'est pas par découragement que tu m'as quitté. — C'est papa qui m'a fait partir. Je suis pas assez grand. Fautque j'obéisse, tu comprends. — Je sais, dit le vieux. C'est bien naturel. — Il a pas confiance.
— Non, dit le vieux. Mais confiance, nous autres, hein ?

on

a

— Oui, dit le gamin. Tu veux-t-y que je te paie une bière à la Terrasse ? On remisera tout ça ensuite.

— C'est ça, dit le vieux. Entre pêcheurs.

10

Ils s'assirent à la Terrasse où la plupart des pêcheurs se moquèrent duvieux, mais cela ne l'irrita nullement. Les autres vieux le regardaient et se sentaient tristes. Toutefois ils ne firent semblant de rien et engagèrent une conversation courtoise sur les courants, les fonds où ils avaient traîné leurs lignes, le beau temps persistant et ce qu'ils avaient vu. Les pêcheurs dont la journée avait été bonne étaient déjà rentrés ; leurs poissons ouverts étaient étalés surdeux planches, que quatre hommes, un à chaque bout, portaient en vacillant jusqu'à la pêcherie ; le camion frigorifique viendrait chercher cette marchandise pour l'amener au marché de La Havane. Ceux qui avaient attrapé des requins les avaient livrés à « l'usine à requins », de l'autre côté de la baie, où l'on pend les squales à un croc, pour leur enlever le foie, leur couper les ailerons, et...
tracking img