Le visage de la mort - dali

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1550 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ASCENSION Conte des Indiens ZUNI (Amérique du Nord)

Au commencement, quatre mondes s’étageaient, du bas jusqu’en haut, des mondes obscures et mal odorants. Au-dessus d’eux s’étendait la terre, déjà formée, déjà belle, avec ses forêts, ses collines et ses sources et sur la terre rayonnait le Père SOLEIL.
Tout en bas, dans le quatrième monde, vivaient des êtres, mi-animaux,ni-hommes. Ils n’étaient pas achevés. Une toison les recouvrait, formant des touffes sur le haut de leur tête, mais pas de bouche. Ils avaient une queue, des yeux, mais pas de bouche. (Ils avaient des fesses mais pas de trou dans le derrière,) et leurs pieds et leurs mains étaient palmés.
Ils s’agitaient dans le quatrième monde, tout en bas, dans le noir. Ils ne pouvaient pas se voir, juste se sentir.Ils se marchaient dessus et se jetaient leurs ordures les uns sur les autres. Ils avaient du mal à respirer.
Ils vécurent ainsi quatre jours aussi longs que quatre années.
Très loin au-dessus d’eux, sur la terre, le père Soleil se désolait, parce qu’il n’y avait pas d’humains pour l’honorer et lui dresser des bâtons de prière. Alros il pensa aux êtres du quatrième monde, il eut pitié d’eux etil dit :
« Il faut que ces êtres montent jusqu’à ma lumière et ils deviendront mon peuple. »
Pour les aider il leur envoya ses deux fils, les deux prêtres divins, Jeune Frère et Frère Aîné.
Les deux frères étaient nés quand le père Soleil avait percé de ses rayons la brume qui enveloppait la terre. En trois jours, ils étaient devenus adultes, capables de descendre chercher les êtres d’en bas.Le quatrième jour, Jeune Frère dit à Frère Aîné :
« Nous sommes nés depuis quatre jours, nous sommes en âge de travailler. Notre terre est bonne, mais personne ne l’habite. Allons vers le sud-ouest. Là, en-dessous, dans le quatrième monde, il y a des êtres qui vivent à l’étroit, dans le noir. Ils se marchent dessus, ils se jettent leurs ordures les uns sur les autres. Et pourtant ilsappartiennent à la même famille que nous. Ils sont nos frères et nos enfants. Il faut qu’ils montent jusqu’à ce monde-ci pour connaître notre Père Soleil.
Frère Aîné répondit :
« Qu’il en soit ainsi. »
Les deux frères qui étaient prêtres divins se dirigèrent vers le sud-ouest, jusqu’à l’entrée du quatrième onde. Ils descendirent d’abord dans le premier monde, faiblement éclairé, puis dans le deuxièmemonde, sombre, dans le troisième monde, encore plus sombre et enfin ils arrivèrent dans le quatrième monde : là, c’était l’obscurité la plus totale.
Les êtres qui y vivaient ne pouvaient pas se voir ; Pour se reconnaître, ils se tâtaient dans le noir et promenaient leurs mains palmées sur leurs visages.
Certains parmi eux s’aperçurent de la présence des deux frères et dirent :
« Il y a deuxétrangers parmi nous. D’où venez-vous, étrangers ? Mais vous êtres nos pères, les prêtres divins. ! »
Tous les êtres accourent pour tâter le visage des prêtres divins en disant :
« Nos pères ! Vous êtes venus§ Montrez nous comment sortir d’ici. Nous avons entendu parler de notre père Soleil et nous voulons le voir.
Les deux frères répondirent :
« Nous sommes là pour vous conduire sur laterre où vous verrez le Soleil. Nous suivrez-vous ?
-Oui, nous vous suivront ; Dans ce monde-ci, nous ne pouvons pas nous voir. Nous marchons les uns sur les autre, nous nous jetons nos ordures les uns sur les autres. C’est un monde répugnant. Nous attendons depuis longtemps que quelqu’un nous conduise vers le père Soleil. Mais nos frères du nord doivent venir avec nous.
-Qu’ils viennent, direntles prêtres divins.
Et il en fut de même pour les êtres de l’est, pour ceux du nord et pour ceux de l’ouest.
-Comment pouvons-nous accéder au monde éclairé par la lumière du jour ? demandèrent les êtres d’en bas au deux frères.
Jeune Frère se dirigea vers le nord. Il tenait des graines dans sa main. Il les enfonça dans la terre, fit un tour complet sur lui-même : quand il se retourna, un...
tracking img