le voile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2034 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Annexe n°1
Une musulmane voilée se fait insulter à Québec

QUÉBEC - Une femme d'origine algérienne et son fils ont été victime d'une agression alors qu'ils se trouvaient au centre commercial Place Laurier à Québec, il y a quelques semaines.

Badia Senouci, qui porte un foulard, aurait été abordée par une autre femme la sommant de changer de religion et de retirer son foulard, tout enfaisant référence au projet de charte des valeurs québécoises.

Pour prendre sa défense, son fils de 18 ans serait intervenu et la femme qui avait insulté Mme Senouci aurait alors craché au visage du jeune homme.

Une première en 14 ans

La victime dans cette histoire, installée depuis 14 ans au Québec, affirme n'avoir jamais vécu une situation similaire dans le passé et relie ce malheureuxévènement au projet de charte des valeurs.

«Depuis que Mme Marois veut faire cette charte, je vois cette tension et ces regards haineux dirigés vers nous», a affirmé la femme.

Son mari, très fâché, tient la première ministre Pauline Marois responsable de ces gestes irrespectueux. Il envisage même de quitter le Québec avec sa famille, craignant que l'atmosphère se dégrade et que la communautémusulmane soit de plus en plus visée par des attaques de ce genre.

Le maire appelle au calme

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a vivement réagi à ce comportement regrettable. Même s'il considère cet évènement comme un «cas isolé», il «espère que la personne sera punie».

Il appelle la population au calme et souhaite que chacun respecte autrui. «Tentons d'être respectueux. Peu importe d'où onvient à Québec, quelles que soient notre origine, nos croyances religieuses et la couleur de notre peau, on est tous des humains et on va se comporter très correctement avec tout le monde», a-t-il dit.

La victime dans cette histoire attend quant à elle des commentaires et des réactions sur cette affaire de la part du Parti québécois.





Annexe n°2
Un policier du 93: "Je ne contrôle plusles femmes voilées"

La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public demeure très compliquée à appliquer. En cause? Des tensions trop vives entre policiers et habitants.
Jeudi, Cassandra, voilée des pieds à la tête, marchait avec son mari et sa mère dans une rue de Trappes, quand des policiers ont voulu contrôler son identité. Là, tout a dégénéré. Que s'est-il passé? Seulel'enquête le dira. Mais ce fait divers est symptomatique d'une situation de plus en plus délicate entre les habitants de banlieue et les policiers.

La loi votée en 2011 interdit la dissimulation du visage dans l'espace public, et donc le port du niqab. Sur le papier, les forces de l'ordre doivent procéder à un contrôle d'identité en demandant à la femme voilée de se découvrir, et éventuellementla verbaliser. Dans les faits, le texte demeure très difficile à appliquer. L'Observatoire de la laïcité a recensé seulement 423 contrôles de femmes voilées depuis deux ans.

"Quand ça a lieu, généralement, ça se passe bien. Elles montrent leurs visages discrètement, à une femme policière quand c'est possible, ou à l'écart de la rue, et prennent ensuite l'amende quand il y en a une. Mais quand leton des policiers monte, forcément, ça dégénère avec les gens autour", explique Nassim, qui travaille dans l'associatif en banlieue. Il reconnaît que dans les "endroits chauds", les contrôles des femmes voilées ont reculé.
"On n'a pas le temps de dire bonjour qu'on se fait insulter"
Un constat plus que partagé par Laurent, policier de la BAC dans le 93. Lui a décidé de faire une croix absoluesur ce type de contrôles. "Ca part presque systématiquement au clash", explique-t-il Quand il croise ces femmes au visage masqué, il passe son chemin. "Elles ne marchent presque jamais seules dans les cités. Donc on a pris le parti de ne plus les contrôler du tout, pour éviter ce qui s'est passé à Trappes."
Une autocensure totale de plus en plus courante sur différents types de délits, selon...
tracking img