Le vrai misanthrope est un monstre - dissertation sur la misanthropie au théâtre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 44 (10953 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Jacques Rousseau écrit dans la Lettre à Monsieur d'Alembert sur les spectacles : "Le vrai misanthrope est un monstre. S'il pouvait exister, il ne ferait pas rire, il ferait horreur (...)" Dans quelle mesure ce jugement vous paraît-il pouvoir s'appliquer au Bourru de Ménandre et au Misanthrope de Molière?

Ce qui frappe au premier abord dans cette sentence de Rousseau, quand il s’agitd’étudier la misanthropie, c’est que de misanthropie il n’est pas question. Ou plutôt, le vrai misanthrope serait l’incarnation de la misanthropie, quand Cnémon et Alceste sont seulement des individualisations de misanthrope. C’est le misanthrope en lui-même, donc, celui de Molière pour Rousseau, accompagné du bourru de Ménandre pour nous, dont il s’agit ici. Le personnage mis sous les feux desprojecteurs, voilà un projet prometteur. L’analyse comparative des personnages d’Alceste et de Philinte que fait Rousseau par la suite à la postérité que l’on connaît, c’est un modèle du genre dans ce type d’exercice. Mais pour nous il n’est pas question du seul misanthrope de Molière, mais de nous demander dans quelle mesure le propos de Rousseau s’applique aux misanthropes Cnémon & Alceste et pluslargement aux pièces dont ils sont le caractère éponyme, Le Dyscolos de Ménandre et Le Misanthrope de Molière. Je cite la sentence en question : « Le vrai misanthrope est un monstre. S’il pouvait exister, il ne ferait pas rire, il ferait horreur. » Par ces propos, J-J-Rousseau entend un être qui serait un absolu de misanthropie, c’est en ce sens là en tout cas que nous le comprendrons. Le « vraimisanthrope » n’existe pas, c’est Rousseau qui l’affirme. Il tient pour misanthrope véritable le paroxysme de ce caractère de l’excès, une misanthropie sans aucune retenue. Ce misanthrope là est l’ennemi du genre humain, un caractère codifié dans la tradition antique par l’exemple, historique, de Timon l’Athénien, qui sera comme archétype de misanthrope d’une fécondité remarquable. Le misanthrope absoluse refuse à tout contact, ses idéaux sont la solitude et la haine du genre humain, ce qui convient parfaitement à sa complexion bilieuse et à ses tendances mélancoliques à changer d’humeur ; c’est par définition un être de l’absolu, du choix définitif, du caractère de fer. Le problème de ce misanthrope dont Rousseau nous parle, pour nous du moins, c’est qu’il est athéâtral. On ne peut pasreprésenter un homme de la solitude, de la haine, coupé du monde dans son désert narcissique où il se complaît dans un vis-à-vis avec lui-même, sur une scène de théâtre. On imagine mal une intrigue où une partie de la scène est coupé du monde, de la représentation, du rapport de force entre caractères qui donnent aux pièces comiques leur saveur. Ce type de nœuds conviendrait particulièrement mal à noscomédies de caractères. Si ces vrais misanthropes, monstres qui ne font pas rire mais qui font horreur, pourraient exister dans la réalité – et même cela Rousseau l’invalide, au théâtre en tout cas ils n’existent pas. Le choix du personnage du misanthrope qu’on fait Ménandre et Molière promet au public une dramaturgie des plus intéressantes par cette aporie solutionnée. En effet si Cnémon et Alcestesont de vrais misanthropes, seraient-ils alors des misanthropes du compromis ? Toute l’essence du paradoxe qu’est le misanthrope comme personnage de théâtre se dégage alors, puisque nous avons affaire à deux atrabilaires mis en scène, sans cesse contraints au dialogue, à la représentation. Ils sont forcés, violentés dans leur misanthropie, car la vraie misanthropie leur est impossible. Eux quirefusent toute hypocrisie sont entourés de masques. En ceci le misanthrope comme personnage de théâtre est en soi d’un dynamisme dramaturgique sans égal. Mais ce rapport forcé, paradoxal en lui-même, créé de nombreuses remises en causes : y a-t-il alors une distance entre le vrai misanthrope et le misanthrope de théâtre ? Qui sont, du point de vue de la misanthropie, nos misanthropes : de vrais...
tracking img