Le xixe siecle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
LE XIXe SIECLE

1800 n’est pas le repère valable. Pour les historiens, 1789 (Révolution) marque le passage entre temps moderne et période contemporaine ; pour les historiens de l’art et de civilisation la tendance est de considérer la période 1815-1814 (chute de Napoléon Ier)
En fait, dans toute une période intermédiaire couvrant la révolution et le Ier empire, la littérature se trouve priseentre les exigences de l’histoire et les premières aspirations romantiques.
- Les exigences de l’histoire. Ce sont d’une part, les écrits liés aux affrontements politiques révolutionnaires. D’autres part, la littérature officielle de l’empire fortement inspiré comme son maître, par une nostalgie classique. Seul héritage de l’empire, les monuments de style qu’on appellera néo-classique.- Les 1ères aspirations romantiques. Elles s’expriment souvent dans une prose narrative mettant en scène des héros tourmentés peu sûre de leur sentiment et de leur place dans la société (Benjamin Constant : Adolphe ; Senancour : Oberman ; Chateaubriand : René)

I / Le triomphe du romantisme. 1820/25 – 1845

1. L’assaut contre le classicisme finissant.

Le classicisme littéraire avaiten partie brillé grâce au théâtre (Molière, Racine). C’est par le théâtre qu’il va périr. De jeunes artistes dont Victor Hugo compte une double révélation : - celle des drames allemands de Schiller, pièce utilisant l’histoire moderne à des fins politique – celle de Shakespeare, auteur anglais de la fin du XVIe siècle (=baroque) enfin joué dans des versions respectueuses de l’œuvre original.
Hugotire de ses influences une théorie d’un théâtre nouveau et total (le drame) exprimée dans La Préface de Cromwell (1827).
Pour représenter la vie, exprimé les conflits humains, le théâtre doit se débarrasser des contraintes classiques. Il faudra :
- cultiver les sujets modernes
- mettre en scène des destins individuelles dans la perspective choisie (d’où un nombre foisonnant depersonnage)
- mélanger les genres et les registres
- garder des dialogues de style élevés mais en cas d’emploi du vers, utiliser un alexandrin plus proche du dialogue naturel.

2. Hugo, chef de file et emblème.

a. Hugo chef de file, mettant en pratique les principes de la préface de Cromwell, Victor Hugo prend la tête du mouvement romantique. Il se fait connaître jusqu’en 1843 parune dizaine d’œuvres théâtrale ayant pour la plupart mal résisté à l’épreuve du temps.
b. Seules survivent Hermani (1830) et Ruy Blas (1838).
Emblème, Victor Hugo au-delà du romantisme domine la littérature du XIXe siècle ; ce qui tient à son imagination très fertile. Celle-ci lui permet de produire des intrigues prenantes et d’écrire dans un style très riche et inventif.
Entémoigne les œuvres de cette période, Hugo donne la notoriété au roman historique : Notre Dame De Paris (1831).
Il assure aussi le triomphe du lyrisme romantiques : Les Oriental ; Les feuilles d’automne ; Les chants du crépuscule ; Les rayons et les ombres ; Les voies intérieures.

3. Le renouvellement des genres. Hugo résume une tendance de la littérature sous l’influence romantiquequi est celle d’une diversification sous la double influence germanique et britannique.

a. La prose. - Naissance du récit fantastique avec Nodier, Théophile Gautier, Nerval, Mérimée. – Emergence du roman historique : Alexandre Dumas s’essaye d’abord au drame historique … Les Trois mousquetaires (1844)
b. La poésie, époque de renouvellement du lyrisme. Généralement, l’individu malheureuxet mélancolique interpelle la nature. L’épanchement affectif pouvant mener à des réflexions morales ou philosophiques. Voir Lamartine et Alfred de Vigny (La maison du berger et La mort du loup)
c. Le théâtre. Voulant traiter trop de choses à la fois, le théâtre romantique manque souvent sa cible. Ayant assuré la publicité du romantisme, il sera une des raisons de cette échec.

II/ Les...
tracking img