Lecture analytique 1 le pouvoir des fables

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (504 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique n°1

« Le pouvoir des fables » Jean de la Fontaine

I. La tentative de persuasion par la force



1) Situation initiale, cadre spatial et temporeldéfini



- Information où se passe la fable et le temps => indicateurs spatio-temporels « Dans Athènes, autrefois »

- Argument d’autorité : présence de Cérès, personnage del’antiquité



L’apologue devient le personnage de cette fable.



2) Les motivations de l’orateur



- Il intervient pour prévenir de la menace qui plane sur le peuple athénienð Champs lexical de la violence « Violente, forcer, fortement, tyrannique »

ð « Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu'il put. » Enumération en gradation

ð « Qui savent exciterles âmes les plus lentes. » hyperbole avec le superlatif « les plus »



« Dans Athène autrefois peuple vain et léger,
Un Orateur voyant sa patrie en danger,
Courut à la Tribune ; et d'un arttyrannique,
Voulant forcer les coeurs dans une république,
Il parla fortement sur le commun salut. »



L’expression « art tyrannique » suggère que cette prise de parole est un tour de force.L’orateur utilise dans le 1er récit une stratégie argumentative : la conviction. Il s’agit pour lui d’imposer ses idées à son auditoire. Ce discourt est inefficace puisque l’auditoire y demeureinsensible malgré les multiples efforts de l’orateur confronté au désintérêt du peuple.



3) L’orateur s’exprime de façon grande éloquente



- Registre polémique « forcer les cœurs » ;« Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu'il put. » ; « L'animal aux têtes frivoles »

- Référence à l’enfance : « des combats d’enfants »



Cela donne un certain rythme à la fable.On insiste donc à une série d’accélération et de ralentissement afin de réveiller l’assemblée. La Fontaine indique que ce peuple est « vain et léger ».



II. Un discours...
tracking img