Lecture Analytique Candide de Voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (1052 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 septembre 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique Candide de Voltaire (1759)
L’esclave se contente de renseigner Candide de façon calme et résignée. A la question émue et indignée de Candide,  il répond de façonpurement informative.
Il évoque l’usage : « Quand nous travaillons aux sucreries et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main; et quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe. »
Voltaire n’apas inventé ces châtiments corporels. Certaines expressions sont reprises presque mot pour mot du code Noiren vigueur à l’époque. Le code noir prescrivait qu’un esclave devait recevoir deux habits detoile par an et que l’esclave fugitif avait le « jarret coupé ».
L’expression « c’est l’usage » ainsi que l’emploi du présent de vérité générale suggère une logique de répétition. L’esclave n’a faitque se soumettre à la loi.
L’emploi du pronom impersonnel « on » renforce l’universalité de ce traitement horrible. L’esclave n’est pas victime d’un maître particulièrement cruel : c’est l’ensemble desmaîtres, de façon indifférenciée, qui applique ces règles impitoyables.
La juxtaposition des faits et de leur conséquence, mise en relief par un parallélisme de construction, fait ressortirleurbrutalité des châtiments : « quand nous…on nous coupe…quand nous…..on nous coupe ». Cette répétition ôte tout caractère exceptionnel à ces châtiments cruels.
Le nègre de Surinam ne se plaint pas. Il évoquesa situation sans pathos et sans animosité envers son maître. Ce discours résigné fait ressortir la brutalité du traitement qui lui est infligé.
La logique économique de l’esclavage est dénoncée parVoltaire dans ce chapitre 19. Ce dernier campe des personnages stéréotypés : le bourreau cruel, M. Vanderdendur et l’esclave, victime impuissante.
Le nom « Vanderdendur » est un nom-portrait qui réduitle négociant à sa caractéristique principale : celle d’être unvendeur qui a la dent dure.
L’allitération en « d » contenue dans son nom le présente d’emblée comme un être cruel et antipathique (le...