Lecture analytique de candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1380 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique de l’extrait de Candide :
« Le nègre de Surinam »

A) Le contexte : la question de l’esclavage au 18eme siècle

Qu’est-ce que l’esclavage ?
De quand date-t-il ?
Quand a-t-il été aboli en France ?

Définition donnée par Jaucourt dans l’Encyclopédie : « L’esclavage est l’établissement d’un droit fondé sur la force, lequel droit rend un homme tellementpropre à un autre homme, qu’il est le maître absolu de sa vie, de ses biens, et de sa liberté ».
Négation du droit naturel de tout être humain à disposer de lui-même.

Date de l’antiquité : Athènes, Rome : donnée économique, sociale et politique incontournable. En Europe, dés l’an mille, le servage : paysans non libres : pas le droit de quitter la terre du maître. Le maître peut donner leserf, le vendre ; ses enfants sont sa propriété. En Asie, début de la traite des Noirs : les marchands arabes les achètent et les vendent dans l’Empire musulman.
Va disparaître en Europe, mais se répand dans les nouveaux territoires découverts par les Européens : font d’abord travailler les indiens, puis (comme ils meurent trop), vont chercher les esclaves en Afrique : commerce triangulaire :Commentaire de la carte :
Les bateaux négriers quittent l’Europe en emportant armes, vêtements, outils, bijoux de pacotille. Troque en Afrique cette marchandise contre des esclaves (capturés par les trafiquants arabes ou africains), qu’ils emmènent ensuite en Amérique dans des conditions, rapportées et vendues dans les ports européens. Profit énorme, 18 mois de parcours.
Au total, 15 a30 millions de déportés, en 300 ans.
- Esclavage aboli en France en 1794, rétabli en 1802, aboli définitivement en 1848.

Quelle est la condition des esclaves, au 18eme siècle ?
Observation des images et des extraits du code noir : Conditions très difficiles, lois très dures vis-à-vis des esclaves.

B) Lecture analytique

Le conte s’attaque à la philosophie optimiste de Leibniz :« Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Voltaire fait voyager Candide pour dresser un triste tableau du monde, livré aux guerres de l’intolérance.
Surinam : ville de Guyane, Hollandaise. Nègre : mot sans intention péjorative au 18eme siècle.

C’est l’esclavage qui est dénoncé dans cet extrait. Situation au 18eme siècle : commerce triangulaire. Le commercetriangulaire désigne les échanges entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, mis en place pour assurer la distribution d’esclaves noirs nécessaire aux colonies du nouveau monde, pour approvisionner l’Europe en produits de ces colonies et pour fournir à l’Afrique des produits européens et américains. Navires occidentaux se rendant sur les cotes africaines pour échanger des esclaves contre desmarchandises ; puis transfert des esclaves en Amérique et échange contre une lettre de change, du sucre, du café, du cacao, de l’indigo et du tabac ; enfin acheminement des produits américains vers les ports européens. Les colonies emploient des esclaves.

Problématique : Comment cette scène de conte fait-elle une argumentation efficace de l’esclavage ?

1. Un contraste frappant entre la scèneaperçue par Candide et le lecteur et l’attitude de l’esclave

A. Une situation totalement pathétique :

- L’état du Nègre : il lui manque des habits et des membres. Il est « étendu par terre » : il a l’air à moitié mort
- Le vocabulaire marquant le caractère pathétique de cette situation (employé par le narrateur et par Candide) : « pauvre homme » ; « l’état horrible » ;« abomination ».

La réaction de Candide est le reflet de la pensée de l’auteur. Il passe de l’étonnement face au spectacle pathétique (exclamations interrogations et dialogue avec l’esclave au début du texte), au désespoir face à cette situation (exclamations de la fin du texte : « O Pangloss ! » ; « Hélas ! » et pleurs de Candide qui entre dans la ville – Insistance «  versait des larmes » + « en...
tracking img