Lecture analytique de la contreverse de valladolid

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1069 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique

Le XVIème siècle se caractérise par le mouvement littéraire de Humanisme. Ce mouvement vise à redécouvrir les grands textes de L’antiquité, il affirme sa foi dans les capacités de connaissance que possède l’être Humain. Ce texte est la controverse de Valladolid qui s’est déroulée en 1550 retranscrit par Jean Pierre Carriére qui est un auteur du 20éme siècle. L’auteurs’inspire d’un fait historique qui s’est déroulé en 1550 : Les Espagnols avaient depuis plusieurs années colonisé l’Amérique pour en tirer profit. Indiens massacrés ou réduits en esclavage. Le Nouveau Monde vient d’être conquis par les Espagnols .Mais le massacre de la population indienne a ému le Pape. Son représentant, Le Légat, réunit dans un couvent de Valladolid (ville d’Espagne) desreligieux pour débattre de la question suivante : les Indiens sont-ils des êtres humains à part entière ou non ? Ici, c’est le dominicain Las Casas, défenseur des Indiens, qui prend la parole, et attaquer par Sépulvéda. Par quel moyen l’auteur dénonce t-il l’esclavage des indiens ? Le différent registre utilisé.
Afin de répondre à cette question nous allons tout d’abord nous intéresser aux discoursde chacun des personnes présent dans cet acte.
On voit que le supérieur Interroge beaucoup Las casas sur les émotions des amérindien, il veut savoir si les indiens ressentes des choses comme on peut le voir a la ligne 1338 « Est-ce qu’ils sont sensibles à la douleur » ou même a la ligne 1347 « Est-ce qu’ils peuvent être mélancoliques ? » Ou encore l 1350 « Est-ce qu’ils souffrent d’êtreloin de leur terre ? ».
Las Casas, le défendeur des amérindiens, va utiliser la persuasion pour répondre aux questions du supérieur afin qu’il adhère a sa cause de protéger les amérindiens. On voit a la l 1355 que Las Casas est frustré par les questions du supérieur puisque il utilise plusieurs fois des « ! ». On voit que Las Casas utilise la persuasion pour que le Légat adhère à sa thèsepour que le Légat ne fasse pas de mal à la famille Amérindienne. Nous voyons que Las Casas va utiliser une question Rhétorique à la l 1339,1340 « A la douleur ? Vous ne voudriez tout de même pas essayer ? Ici, dans un monastère ? » Pour leur dire qu’il n’envisage pas de faire du mal a ces gens dans un lieu saint.
On peut voir dans cette extrait que le Légat va faire preuve d’une grandecruauté puisqu’il va ordonnait au colon de menacé l’enfant amérindien de le tuer pour voir la réaction de sa mère et de son père a la l 1375, et il ne dit rien lorsque le père de l’enfant essaya de protéger son enfant et que le colon lui mit un coup de crosse où il tomba avec le visage ensanglanter. A la l 1401 « Parlez-leur, maintenant, rassurez-les. Dites-leur que c’était une erreur. Ou unjeu. Ce que vous voudrez » on voit clairement qu’il prend les indiens pour des idiots qui ne comprendrons pas se qu’il vient de se passer. La didascalie l 1410 » le vêtement de la femme s’est dénoué, ou déchiré, laissant apparaître sa poitrine nue » Puis la réaction du Légat l 1409 « Couvrez cette femme. Allons, rattachez lui sa robe » nous montre que Légat est gêne par cette femme dévêtue alorsqu’il disait de elle que c’était une « femelle » ou même que c’était un animal, alors que il n’aurait pas de gêne à regarder un animal.
Sépulvéda, dans cet extrait, a beaucoup de préjugée sur les amérindiens alors qu’il ne les connait pas et n’a jamais voulut les connaitre. Sépulveda n’est jamais allez voir se qui se passe en Amérique pour voir se qui ce passe réellement L 1431 « Monsieur leprofesseur, vous risquez-vous parfois hors de votre bibliothèque ?». Il se permet même de les comparer a des animaux l 1343 « chiens » ou même « des chevaux ». Nous Voyons que a la fin de cette acte Las Casas essaye que Sépulvéda se mette a la place des amérindiens. Las Casas se m’est a leur place et lui pose une question l 1445 « Imaginez-vous là-bas, dans un édifice inconnu, soumis à un...
tracking img