Lecture analytique de la fable "le loup et le chien" de la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1374 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Loup et le chien est la cinquième fable du premier livre de La Fontaine, et une de ses plus connues. Elle oppose, comme dans le Philosophe Scythe, deux modes de vie, et deux points de vue. Cependant, l’auteur ne conclut pas avec une morale : c’est donc au lecteur d’interpréter le message pour lui-même.
D’un côté, nous avons un loup, affamé et squelettique, et ceci justement à cause deschiens. Il est habitué à une vie difficile, comme le traduisent des mots comme «attaquer » vers ou encore «bataille » : il doit se battre pour obtenir ce qu’il veut. Mais il est aussi habité d’une tendresse intérieure, et d’une certaine fragilité, puisqu’il se met à pleurer de joie à l’idée de se voir offrir une nouvelle, meilleure vie. L’auteur utilise aussi l’appellation « sire Loup », quitémoigne de son statut d’aristocrate. Cependant, c’est un individu honnête et dépourvu de fierté, car il n’hésite pas à se rabaisser au niveau du chien pour ne plus mourir de faim d’une telle manière. Mais c’est aussi un personnage qui est libre, et qui tient à sa liberté. Pour lui, rien ne pourrait remplacer cette capacité de faire comme bon lui plait.
Le chien, quant à lui, est qualifié commeétant « gras » et poli. L’auteur indique que c’est un dogue : il est donc imposant. Il est également fort plaisant, mais on sent que son amabilité est forcée. En effet, il méprise les plus démunis, comme en témoigne le vers « vos pareils y sont misérables, cancres, hères et pauvres diables ». Nous pouvons cependant supposer que le chien, au plus profond de lui, envie le loup, car il tente vainementde cacher l’existence de la marque de son collier. Peut-être même a t-il honte de sa servitude, mais qu’étant trop couard pour risquer souffrir de la faim, il préfère plutôt se convaincre lui-même que sa situation est plus avantageuse que celle du loup. Il transmet donc l’image d’un animal imbu de sa personne. De plus, sa nature corrompue est mise en valeur lorsqu’il utilise des mots ayant unrapport avec l’argent, tels que « franche lippée » ou encore « salaire ».
Les deux animaux sont à forces égales : le premier, sauvage, est affamé, alors que le second, qui pourtant est domestiqué, a toutes ses forces. Leur opposition se fait donc dans leurs discours respectifs.
Le dialogue prend une place considérable dans cette fable. Le chien vise tout d’abord à faire adhérer le loup àson mode de vie. Pour cela, il critique tout d’abord la façon de vivre du loup, avant de vanter les mérites de la sienne. Tout d’abord, il démontre l’incompatibilité entre le mode de vie du loup son désir de finir « gras » comme lui. Il utilise d’ailleurs judicieusement la formule « il ne tiendra qu’à vous », qui montre au loup que son bonheur n’est pas difficile à atteindre, qu’il n’y a qu’unpas à faire entre la misère et la sécurité. Il flatte également son interlocuteur, en le vouvoyant, ou en le qualifiant de « beau sire », alors que ce dernier n’a que la peau sur les os. Il espère ainsi amadouer le loup et lui faire entendre raison. D’ailleurs, le loup semble conquis : « que me faudra t-il faire ? ». L’autre lui fait alors l’éloge de ses conditions de vie : il résume les activitésqu’on demande de lui, pour de nouveau montrer la facilité de ses tâches. Il cite ensuite quels remerciements on fera au loup pour ses bonnes actions : os de poulets, de pigeons, caresses… Le loup s’imagine déjà travailler pour les hommes. La victoire est alors entre les mains du chien. On voit donc bien l’importance du dialogue, puisque par de belles paroles, le chien parvient à convaincre le loup.Le dénouement se fait très rapidement : en à peine dix vers, le loup revient sur sa décision sans manifester plus d’hésitations qu’il en avait eues pour accepter : la vue seule d’une marque de collier, et donc la chaine qui l’empêche de faire comme bon lui semble, manque de l’étrangler : ainsi, le contre-rejet « vous ne courrez donc pas » et le rejet « où vous voulez », montre une...
tracking img