Lecture analytique de les embarras de paris

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (528 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique de "Les embarras de Paris", Satire VI , BOILEAU

Le texte porté à notre étude est extrait d'un recueil poétique, Satire VI publié en 1660 sous le règne de Louis XIV, critiquantles moeurs et les mauvais goûts de la majorité bourgeoise et courtisane de l'époque . Il est écrit par Nicolas BOILEAU considéré comme le théoricien du classique et grand lecteur des auteurs antiquesdont il s'inspire dans cet extrait et dans une bonne partie de ses écrits.
Dans cette poésie, l'auteur utilise un discours argumentatif au service de la satire de la ville de Paris qui en pleinessort démographique voit apparaitre les problèmes des grandes villes.
Ainsi, nous pouvons nous demander quels sont les sentiments de BOILEAU par rapport à la ville et comment les exprime -t-il ?Dans une première partie, nous exposerons ce qu'il ressent et après, les procédés d'écriture utilisés pour le montrer.

A présent, nous allons étudier le ressentiment de l'auteur dans ce poème.BOILEAU utilise une succession de champ lexicaux pour faire apparaitre ses différents sentiments au cours de l'extrait. On remarque que la description se scinde en trois étapes, le réveil de l'auteur, lemoment où il sort de chez lui et la description d'un embouteillage.
Premièrement, on peut voir que BOILEAU ressent de l'agacement et de la colère à son réveil de la ligne 1 à 6.
En effet on peutvoir que les bruits extérieurs le pertube beaucoup, il y a donc un champ lexical du bruit.
Citons à la ligne 3, “les coqs, commençant leur ramage”, et les “cris aigus” (l.4), des expressionsnourrissant la colère de l'auteur.
Deuxièmement, on a l'impression que l'auteur est angoissé de qu'il y a dehors de la ligne 7 à 14.
Par ailleurs, une utilisation du champ lexical de la mort se fait icivoir.
Ainsi, “funèbre” (l.12), “les morts” (l.14) et “mourir” (l.14) montrent la peur de l'auteur pour les dangers de la rue.
Pour finir, on suppose un sentiment d'impuissance de l'auteur face à...
tracking img