Lecture analytique la parure

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2043 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Première approche :

Lecture collective du texte.

Etude du mouvement du passage : faire apparaître que l'extrait s'articule en deux mouvements :

- lignes 109 à 116 : le ravissement de la fête

- lignes 117 à 136 : un retour brutal aux réalités

Il s'agit de repérer que le passage se construit autour de plusieurs oppositions (effets de contraste)

- fête/ réalitébrutale

- intérieur/ extérieur

- euphorie/ dysphorie : état de malaise, d'angoisse, de tristesse.

Le 1er mouvement répond au désir d'ascension de Mathilde et le 2nd crée un effet de rupture. Il s'agit pour le narrateur d'annoncer la chute à venir.

La perte de la parure, en effet, constitue un coup de théâtre : incident imprévu qui survient dans le cours de l'action et quibouleverse complètement la situation dans laquelle sont placés les personnages. C'est un point de catastrophe : retournement complet.

Ces deux mouvements rappellent ainsi et mettent en scène, dramatisent, l'opposition entre les rêves et la réalité du personnage.



Recherche d'une problématique :

Il s'agira de nous interroger sur la façon dont les contrastes ménagés dans ce passagedramatisent la dichotomie (division) qui oppose les rêves et la réalité de Mathilde et annoncent la chute du personnage.



Quels axes dégager ?

Axe 1 : Le bal, temps de l'euphorie.

Axe 2 : le retour, temps de la dysphorie.



Introduction :

La scène de bal est un topos/ un motif (un lieu commun, passage ou thème fréquent) romanesque qui permet souvent au narrateur de mettre unpersonnage en lumière. Ainsi, Mathilde Loisel, héroïne de la nouvelle « La parure », publiée en 1885 par Guy de Maupassant dans le recueil Contes du jour et de la nuit, connaît-elle son heure de gloire. Elle brille, en effet, au bal donné par le ministère de l'Instruction publique, et en ressent un plaisir intense. Toutefois, ce rêve est éphémère et il lui faut retrouver son époux, regagner son logis etrenouer avec une existence moins plaisante, qui va se dégrader davantage.

Il s'agira donc de nous interroger sur la façon dont les contrastes ménagés dans ce passage dramatisent la dichotomie qui oppose les rêves et la réalité de Mathilde et annoncent la chute du personnage.

Nous analyserons dans un premier temps comment est traduite l'euphorie de Mathilde, puis nous étudierons comment lenarrateur évoque ensuite un état de dysphorie, annonciateur de la chute des personnages.



Comment mener l'étude ? Comment organiser le travail ?

Soit vous avez déjà une idée de vos axes, soit il faut les dégager à partir de l'étude linéaire du texte. Vous devez, au brouillon, rechercher les faits textuels, les procédés mis en œuvre par l'auteur pour exprimer son « message » et d'en tirerdes éléments d'interprétation, des analyses qui viennent éclairer le sens et le fonctionnement du texte. Vous pouvez recourir au tableau au brouillon. Il conviendra ensuite de repérer des sous-axes qui vous permettront d'organiser votre étude du texte. Dans un second temps vous devez, en effet, regrouper vos remarques par centre d'intérêt et les lier entre elles, de façon à produire une lectureorganisée.

Comment le narrateur présente-t-il cette scène de bal comme un moment extraordinaire pour Mathilde ?

- recours au terme « fête » l 109 « Le jour de la fête arriva » qui s'oppose implicitement aux autres jours ordinaires.

- il s'appuie sur la thématique de l'ivresse = un sous axe

Métaphore filée de l'ivresse pour exprimer son bonheur : « elle dansait avec ivresse,avec emportement, grisée par le plaisir... ». A cette métaphore s'ajoute une gradation. Il s'agit pour l'auteur de traduire combien le personnage est transporté, oublie son quotidien et son véritable statut.

Cette ivresse se lit également dans la syntaxe : les lignes 113 à 116 sont constituées d'une seule phrase, ample, une amplitude qui témoigne de l'amplitude des mouvements de Mathilde, qui...
tracking img