Lecture analytique. la religieuse, de diderot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1056 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LECTURE ANALYTIQUE 3 : La religieuse
Questions envisageables : · · · Quelle est la visée de ce passage ? Quels moyens Diderot met-il en uvre pour faire passer son message ? Pensez-vous que cette argumentation soit efficace ? (pistes : un chantage affectif visible ? ou le détour par la fiction plus touchant qu un essai aride et trop intellectualisant, trop théorique ? Rappel : définition de lessai à connaître. Ouvrage de réflexion non fictif développant un point de vue personnel sur un sujet/ Montaigne dans ses Essais est le fondateur du genre. )

Pistes d analyses à moduler en fonction de la question posée

I)

Un discours organisé qui fait appel à la raison du destinataire (ici double, d une part le marquis de Croismare qui a réellement existé, et d autre part le lecteurcontemporain de Diderot ou celui d aujourd hui qui lit la fiction) tout en jouant sur les émotions

A) Force de conviction liée à la construction du discours suivant des étapes précises> Etapes aisément discernables dans le discours adressé au Marquis de Croismare (PS : à part donc) · · Paragraphe 1 : rappel de ses convictions dans une phrase assertive : « je n ai jamais eu l esprit du cloître » etexplication du danger qu elle encourt : « étourderies » pouvant trahir sa condition. Paragraphe 2 (du début jusqu à « j ai même de la piété ») appel à l aide ( forme impérative et sentiment d urgence « hâtez-vous de me secourir » et élan de lucidité ( sens des réalités perceptible dans le propos, série de futurs simples montrant sa détermination à s insérer dans la vie séculière, série d exemples, deprofessions qu elle peut exercer pour renforcer sa volonté de s en sortir)

Fin du paragraphe 2 « de « ah, Monsieur tous mes maux.. » à « de longs secrets » : appel final aux émotions

B) Force de persuasion : Suzanne met entre parenthèse la critique de la vie monacale pour se recentrer sur son sort.

·

·

·

Passage cité juste avant : elle menace de se suicider et joue sur lessentiments de son destinataire en le culpabilisant s il ne fait rien par la formule impérative « préparez-vous vous-même à de longs regrets ». Aveu sincère d une personne réduite aux dernières extrémités ou chantage affectif ? Au lecteur de décider Diderot loin d être un donneur de leçon nous laisse choisir. Début du paragraphe 2 à citer également : son appel au secours et l évocation de sa détressepsychologique suscite notre pitié (registre pathétique dominant) + étude la ponctuation émotive ( rôle de des phrases exclamatives = + jeu des questions dans le paragraphe 1 soulignant dans un style vivant et alerte proche de l oral le conditionnement mental dont Suzanne est victime (sorte de conversation fictive avec le destinataire impliqué dans le discours). Dernier paragraphe non adressé aumarquis de Croismare : curieux retour sur soi/ illogisme de la structure proposée par Diderot : perte de contact avec le destinataire, plus d adresse directe sous forme d apostrophe « Monsieur » à « le marquis » : Diderot plus passionné que rationnel dans la défense de sa cause ?

II)

L art du portrait

A) La technique de l autoportrait · · · · · · « je « dominant créant une illusion dauthenticité : logique de la confession révélant le moi profond et intime du personnage Importance du langage du corps qui trahit la vraie identité : signe de croix, révérence Série de qualificatifs dessinant par petites touches le portrait d une femme croyante, respectable et digne «j ai même de la piété », vulnérable « accablée de fatigues » consciente de ses faiblesses « un peu coquette peut-être ».Portrait sensible sur le vif : présent de l énonciation rendant sa souffrance immédiate et perceptible « je suis accablé de fatigues, la terreur m environne et le repos me fuit » Portrait en négatif : elle dit ce qu elle n est pas : une séductrice amorale en insistant sur les mots « charmes » « séduire » Un double fictif de Diderot, homme de « réflexion » (dernières lignes) qui nuance sa pensée en...
tracking img