Lecture analytique Les animaux malades de la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1377 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 janvier 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Francais Lecture analytique 1

Introduction

La fontaine, grande figure du classicisme, remet au goût du jour le genre de la fable au XVIIème siècle, en s'inspirant des anciens notamment de Phèdre. Dédicacées au dauphin, l'héritier de louis XIV, il utilise souvent le monde animal pour dénoncer les injustices de son temps. La forme de la fable correspond parfaitement l'idéal classique debrièveté, de plaisir et d'instruction.
Les animaux malades de la peste est la première fable du livre VII de La Fontaine situé dans le deuxième recueil des Fables de la Fontaine, édité pour la première fois en 1678. Le livre VII des Fables de la fontaines est le premier livre du deuxième recueil des Fables rimés de Jean de la Fontaine. C'est une série de dix-huit fables.
Le récit raconte lesravages causés par la peste tout d'abord vue comme un châtiment divin, puis se concentre ensuite sur la recherche d'un sacrifice afin d’arrêter l'épidémie. La fable garde l'univers animal généralement utilisé par la Fontaine, et se monte autour des discours successifs du lion, du renard et de l'âne, pour arriver à une morale sur l'injustice qui caractérise les relations entre les puissants.
Nousverrons donc comment à travers un bestiaire Jean de la Fontaine dramatise et critique sa société. Nous étudierons tout d'abord quels symbole Jean de la fontaine utilise pour décrire sa société, puis ensuite comment il la dramatise, pour aboutir sur une critique de l'injuste société dans laquelle il vit.


I/La Fable : un monde imaginaire remplis d’animaux symboliques.

1) Un mondeimaginaire

>Personnification de la peste dès le début : « Capable d’enrichir »(v.5), « Faisait aux animaux la guerre »(v.6), présentée comme une personnification du mal :  « Un mal qui répand la terreur »(v.1)
>La description d'un monde fictif et noir : Ambiance cauchemardesque voir glauque v10 à 14
>La référence à des lieux mythologiques : « l'Achéron » v5 qui est le fleuve séparant le monde vivantde celui des enfers.
> La personnification des animaux : le dialogue bestial avec la parole du lion v15 à 33 puis celle du renard v34à 48 puis celui de l'âne vers 49 à 54.

2) Des animaux symboliques
>Le lion : le premier à parler. Tient un long discours (v. 15 à 37).
> image du puissant, du noble, du roi(le lion = roi des animaux) ; ton cérémonieux et solennel. Image apriori du bon roi, soucieux de son peuple et de son royaume : « Mes chers amis » (formule hippocratique).
>Détient le pouvoir : « tint conseil » > pouvoir de rassembler, « et dit » > pouvoir de la parole, pouvoir de consommer voire de tuer : «j’ai dévoré force moutons », «Même il m’est arrivé quelquefois de manger Le berger », et droit de vie/de mort : « Que le plus coupable périsse ». >Dans son discours,  usage de l’alexandrin qui est un vers noble.
>Titres de noblesse (dans le discours du renard) : « Sire », « Seigneur ».
>Le renard : incarnation de la ruse, de la flatterie (animal typique des Fables : Le corbeau et le renard).
>ne répond pas réellement au discours du roi. Il en détourne habilement les propos et atténue les crimes cités parle lion.
> Les crimes sont annulés par l’expression «Vos scrupules», et par l’énumération qui réduit à rien les victimes:« manger moutons, canaille, sotte espèce ». 
>Atténuation des actes : pas de « dévorer », mais utilisation de verbes moins bestiaux et plus doux : « en les croquant » > idée de gourmandise.
>Il trouve des explications à chaque fait dulion, et l’excuse : « le berger », « Étant de ces gens-là qui sur les animaux/ Se font un chimérique empire » le pouvoir de gouverner des animaux n'appartient qu'au lion.
>Un animal habile, bon orateur : «[…]et flatteurs d’applaudir».
L’Âne :le stéréotype de la bêtise.
> C'est le dernier à prendre la parole directement et il répond clairement au discoure du lion:...
tracking img