Lecture analytique mariage de figaro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1410 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799) est l’une des figures emblématiques du siècle des Lumières. C’est un célèbre dramaturge français, auteur du Mariage de Figaro, second volet d'une trilogie. Ecrite en 1778, cette pièce est censurée et ne peut être jouée qu'en 1784. Elle est aujourd’hui considérée comme un chef-d’œuvre du théâtre français et international et constitue par sadénonciation des privilèges archaïques de la noblesse, l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française. Beaumarchais y remet en scène les principaux personnages de sa pièce Le Barbier de Séville (1775) : le barbier Figaro, le comte Almaviva et Rosine, appelée maintenant la Comtesse. Bartholo, autre personnage essentiel du Barbier, joue lui un rôle beaucoup plus secondaire. Deux ans après sapremière représentation, la pièce a été adaptée en opéra par Mozart et Lorenzo da Ponte sous le titre Le nozze di Figaro (Les Noces de Figaro).
L'auteur nous livre dans cette 3ème scène de l’ acte 5, l’un des plus longs monologues de toute l'histoire du théâtre français. Sur le conseil de sa mère, Figaro se rend au jardin où ont lieu les rendez-vous, pensant que Suzanne l'a trahi. Au travers de celong monologue, Figaro philosophe, reflétant les contestations des Lumières.

Figaro réalise dans cette scène, un réquisitoire social qui reflète les contestations des Lumières. L’attaque de Figaro vise les nobles et il critique en premier lieu la censure. Ce thème a déjà été effleuré dans le procès de son mariage mais il est ici largement développé dans le début de l'extrait. Nous retrouvons toutd’abord le champ lexical de l'expression écrite de l'opinion : " sottises imprimées"; "éloge flatteur "; " petits écrits "; "je puis tout imprimer "; " journal inutile "; " diables à la feuille ", qui revendique bien évidemment la liberté d'expression des écrits. A travers le personnage de Figaro, c’est Beaumarchais qui parle, lui qui a souvent fait face à ce genre de problèmes. Pour amener lelecteur à se ranger de son point de vue, l’auteur utilise certains procédés stylistiques qui donnent de la force aux propos de Figaro. On peut remarquer l’emploi d’un rythme ternaire qui donne de l’ampleur à certaines phrases comme par exemple: " Je lui dirais… que les sottises imprimées n'ont d'importance, qu'aux lieux où l'on en gène le cours ; que sans la liberté de blâmer, il n'est point d'élogeflatteur ; et qu'il n'y a que les petits hommes, qui redoutent les petits écrits." Elle comporte en effet trois portions de phrases, trois subordonnées qui reflète un rythme oratoire. On constate aussi l’emploi de figures de style comme l’ anaphore en " que ", ou l’ antithèse entre " blâmer " et " éloge " et enfin le parallélisme entre " petits hommes " et " petits écrits ". Figaro fait aussi unedescription humoristique de la censure et utilise le registre ironique " on me dit que […] et que, pourvu que je ne parle ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'opéra [… je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs. " Cette phrase qui met en relief l’hypocrisie des censeurs, comporte une nouvelle anaphore en " ni" qui rythme la phrase et donne de la puissance au réquisitoire Figaro. De plus, la censure est contentée par des journalistes : " je vois s'élever contre moi mille pauvres diables à la feuille " et la rivalité entre journalistes permet d'accentuer le poids de la censure. D’autre part, la censure est aveugle et dénuée de bon sens : Figaro va en prison pour avoir écrit un traité d’économie. Ilexplique alors que se suicider serait préférable à faire du théâtre: « me fussé-je mis une pierre au cou » car on ne peut ainsi plaire à tout le monde et on s’expose ainsi aux mécontentements «ne pouvant avilir l’esprit, on se venge en le maltraitant ». Cette censure entretient donc les inégalités et à l’époque, tout ce qui concerne la pensée est l’objet du contrôle de l’état, le régime est...
tracking img