Lecture analytique "on ne badine pas avec l'amour"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (652 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique 2
Acte II Scène 5 (l120 a 318)

Introduction
On ne badine pas avec l’amour est une pièce de théâtre de 1834. Alfred de Musset son auteur était un homme issu d’une famillearistocratique, noble et cultivé. Il était précoce, vif et rebelle. Cet écrivain du XVII e siècle retrace sa propre expérience, puisque l’on peut comparer l’histoire de cette pièce de théâtre a celle deAlfred de Musset avec George Sand, femme avec qui il a vécu une histoire passionnée et tragique.
En effet Le triangle amoureux que forme Perdican, Camille et sa cousine Rosette est inspriré de la vied’Alfred de Musset. Ces trois personnages seront suivis durant 24h et seront les victimes d’une histoire d’amour passionnante. Cela se déroule en seulement 24h, d’un d’après midis à l’autre, suivis parquatre vieillards.
Lors de cette scène, nous retrouvons les deux personnages principaux, Camille et Perdican lors d’une conversation qui finira en duel verbal entre les adolescents. En effet Nousnous demanderons donc comment un duo amoureux laisse t-il place a un duel verbal ?
Nous étudierons dans une première partie le duo amoureux que forment les deus jeunes gens puis la maniere dont leurdialogue va tourner en duel.

Le duo amoureux
« Vous voila courbé près de moi avec des genoux qui se sont usés sur les tapis de vos maîtresses, et vous n’en savez plus le nom » Cette réplique deCamille montre qu’elle ressent une jalousie envers toutes les autres maîtresses de Perdican.
« Que tu es belle, Camille, lorsque tes yeux s’animent ! » Ici Colin se moque de Camille qui s’énerve carmalgré le fait qu’elle soit en colère, il la trouve belle.
« J’ai eu tort de parler ; j’ai ma vie entière sur les lèvres. O Perdican ! Ne raillez pas ; tout ce la est triste à mourir. » Camille luidit que ce qu’il dit est triste a mourir, il partage une complicité.
Le duel verbal
« Qu’est ce que vous dites ? J’ai mal entendu.
ES tu sure que si son mari ou son amant...
tracking img