Lecture analytique une charogne de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2101 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique

« Une charogne », Charles Baudelaire
Rappel et conseils:
- Lecture cursives des pièces condamnés et les poèmes qui précèdent « Une charogne », « La beauté », « Les femmes ».
- Citation à retenir: « Un outrage a la moral publique et aux bonnes mœurs » - critique faite a Baudelaire sur Les fleures du Mal, plus précisément des pièces condamnés.
- Ambivalence de lafemme pour Baudelaire:- beauté naturelle et artificielle - innocence et perversité
- Qui provoquent chez le poète de la fascination et de la peur.
- Le poète se sacrifie pour la beauté.
- Carpe diem : vie de l'homme limitée par la mort --> « Vivre comme s'il n'y aurait pas du lendemain. » Symbolisé par la rose : la fragilité de la vie.
- MementoMori : toutes les connaissances et le matériel se perdent. « Souviens-toi que tu vas mourir. » Seul conte la virtuosité de la vie.
Lectures complémentaires :
- « A Cassandre » et « Quand vous serez bien vielle » de Pierre de Ronsard.

Introduction
Baudelaire, auteur de Les Fleures du Mal, condamné en 1857 pour « outrage à la morale publique » avait en effet un objectifnovateur : atteindre la beauté poétique même par le biais du mal comme suggère le titre. Ainsi l'est-il dans le poème « Une charogne », poème de la section « Spleen et Idéal ». Se poème se situe après une série de pièces dans lesquelles il est essentiellement question de la femme _on peut supposer qu'il s'agit de Jeanne Duval, baptisée par Baudelaire comme la Vénus noire_ et la beauté qui exercesa fascination et répulsion su le poète.
Comment Baudelaire renouvelle le topos du mementomori en réussissant grâce à son art à extraire la fleur du laid?
Plan : I. Un poème sur l'amour
II. La description de la charogne
III. Le triomphe de la poésie

XXIX - Une Charogne
Rappelez-vous l'objetque nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux:
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,
Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.
Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grandenature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint;
Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.
Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.
Tout cela descendait, montait comme unevague
Ou s'élançait en pétillant
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.
Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.
Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir
Sur la toile oubliée, et que l'artisteachève
Seulement par le souvenir.
Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d'un œil fâché,
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lâché.
- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion!
Oui! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Apres lesderniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.
Alors, ô ma beauté! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés!
Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire

Développement
I. Un poème sur l'amour entre un...
tracking img