lecture analytique verlaine mon re ve familier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (1763 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
En 1866, Paul Verlaine participe à une revue littéraire, le parnasse contemporain, et publie son premier recueil, poèmes saturniens, placé sous l’influence de saturne, planète de lamélancolie (le dire absolument à l’oral). « Mon rêve familier, sonnet situé dans la première partie du recueil intitulée « Melancholia », décrit vaguement une femme rêvée, seule capable d’apaiser lessouffrances du poète. Nous analyserons ici l’ambiguïté de ce rêve étrange et le charme exercé par ce sonnet. En effet, si la femme du rêve semble apparemment idéale, la musicalité du sonnet, aux effets dereprises et d’échos obsédants, et parfois dérangeants, laisse entendre une profonde mélancolie.

I. La femme aimée: une créature de rêve?
a. Une femme protectrice
La femme rêvée est un être unique.Verlaine insiste sur son caractère exceptionnel par l’anaphore « Pour elle seule » (v. 6 et 7), reprise au vers 8 par «Elle seule».
À cette femme inconnue ne correspond aucune image précise, aucunedescription physique, même la couleur de ses cheveux demeure indéterminée («Est-elle brune, blonde ou rousse? — Je l’ignore», v. 9).
En revanche, quelques caractéristiques morales lui sont attribuéespour former un portrait élogieux. Elle apparaît comme une femme protectrice et le poète semble en sécurité avec elle: «Elle [...] m’aime et me comprend» (v. 4). L’adjectif «transparent» estparticulièrement mis en valeur, isolé par le contre-rejet à la fin du vers 5, et souligne l’abandon total du poète à la femme rêvée. La certitude qu’éprouve le poète d’un amour réciproque et complice la rendrassurante: c’est l’impression que donnent la symétrie du second hémistiche au vers 2 (« et que j’aime et qui m’aime ») et l’intimité suggérée par le balancement rythmique au vers 4 (« et m’aime et mecomprend »), repris au vers suivant. Enfin, la métaphore du second quatrain, qui associe les larmes fraîches de l’inconnue au soulagement du poète enfiévré, fait d’elle une femme consolatrice et...
tracking img