Lecture analytique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1116 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique de la guerre, Candide | |

Au moment où Voltaire écrit Candide l’Europe est ravagée par des guerres puisqu’en 1756 la guerre de 7 ans a débutée avec d’un côté la France et L’Autriche, et de l’autre l’Angleterre et la Prusse. En 1757, 50 000soldats français étaient encerclés et exterminés par les troupes de Frédéric II de Prusse. Voltaire, horrifié par ce désastredénonce la folie meurtrière des combats et il inscrit la guerre au premier rang des malheurs mondiale. Dans le chapitre 3, Candide arrive sur le champ de bataille et ne trouve que deux solutions pour survivre : se cacher puis déserter… C’est pourquoi nous pouvons nous demander comment Voltaire dénonce la folie des Hommes. Nous étudierons dans un premier temps la valorisation de la guerre : unspectacle puis nous verrons dans un second temps la dévalorisation de la guerre : une boucherie héroïque et dans dernier temps nous analyserons la dénonciation de l’horreur de la guerre.

I- La valorisation de la guerre : un spectacle

La guerre est présentée comme une vraie fête pour les yeux et les oreilles. Cela évoque un véritable spectacle qui se déploie sous les yeux du narrateur. On a lerecours à quatre adjectifs élogieux précédés de l’adverbe d’intensité « si » : « si beau, si lest, si brillant, si bien ordonné ». On peut remarquer le crescendo rythmique au niveau des syllabes qui rappellent le crescendo en musique. La guerre se fait au son d’une fanfare avec l’apparition de quatre instruments de musiques qui forment une harmonie auditive : son du plus aigu au plus grave « lestrompettes, les fifres, les hautbois, les tambours ». L’esthétique du combat répond à une organisation protocolaire : « mise en place de la fanfare », « tire aux canons », « dragonettes ». Les deux armées progressent selon un rituel militaire : c’est un mécanisme parfaitement rodée : tactiquement, la bataille est un chef d’ouvres.
Sur le champ de bataille, on note la présence de prêtres et dephilosophes. Cette guerre va être justifiée par la philosophie, on retrouve les explications « du meilleur des mondes », « raison suffisante » : elles nous rappellent le rapport des causes à effets, propres aux optimistes. La mort est justifiée par une simple relation de cause à effet : « la mousqueterie ôta du meilleur des monde environ 9 à 10 000 coquins qui en infectaient la surface », « labaïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d’hommes ». Les prêtres sont très à l’aise dans cette guerre : ils participent indirectement au massacre avec le chant nommé « te deum » qui apparaît dans les deux camps : « les deux rois faisaient chanter des Te Deum, chacun dans son camps ». Ici la guerre est légitimée par la religion. Cette guerre n’est pas une guerre de religionpuisque les soldats ont les mêmes références religieuses. Les prêtres ici sont complaisants, ils sont à la solde des puissants comme s’ils remerciaient le Dieu des armées. Peu importe pour les prêtres de savoir si la cause est juste, ils bénissent tous les combattants indifféremment avant le massacre.

II- Une boucherie héroïque

Le second paragraphe offre une vision terrible du champ debataille et nous présente un tableau statique au lieu d’une scène en mouvement. La focalisation est interne : c’est celle de Candide. On va suivre le périple de Candide qui s’enfuit. La vision apparaît dans les yeux du doux Candide : « passa par-dessus des tas de morts et de mourant ». Le mal apparaît sous sa forme la plus atroce puisque les victimes sont les plus vulnérables ici : « vieillards »,« enfants », « femmes », « filles ». La proposition subornée relative « qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglante » souligne avec le pronom possessif « leurs » les liens de parentés entre eux : on assiste alors à une extermination qui a procédé par familles entières.
Le second paragraphe présente une description horrible avec l’accumulation de termes hyperboliques pour décrire le...
tracking img