Lecture analytique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1169 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique N°5
Introduction :
[Lecture] Du log book car
Problématique : En quoi l’ethnocentrisme est-il défini dans cet extrait ?
« Comportement social et attitude inconsciemment motivée »[] qui amènent en particulier à « surestimer le groupe racial, géographique ou national auquel on appartient, aboutissant parfois à des préjugés en ce qui concerne les autres peuples »Plan :
I/La supériorité occidentale
I/La supériorité occidentale :
Début de l’extrait, « un homme noir et nu, l’esprit dévasté par la panique » (représentant Vendredi) et opposé à « l’homme blanc barbu hérissé d’armes, vêtu de peaux de biques… » (qui lui représente Robinson). De plus, le chiasme « blanc vêtu ; noir nu » accentue cette opposition qui repose essentiellement surl’apparence des deux personnages (leur couleur de peau, et leurs habits). Cela nous montre les différences symboliques tels que la pudeur, le mode de vie qu’il existe entre le sauvage et le civilisé européen.
Toujours au début de l’extrait, l’attitude de Vendredi « dévasté par la panique » est opposée à la périphrase concernant Robinson « tête farci par 3 millénaires de civilisationoccidentales ». Cette opposition concerne l’état d’esprit des deux personnages, Robinson lui est sûr de lui car il est issu d’une civilisation qui maîtrise la technologie telle que la « maitrise des armes à feu » qui est le symbole de la domination de l’Europe sur les autres civilisations.
« inclinait son front jusqu’au sol, et sa main cherchait pour le poser sur sa nuque lepied d’un homme blanc », cela nous montre la domination de Robinson sur Vendredi.
« l’Araucan qui serrait autour de ses reins un vieux pantalon marin que Robinson lui avait fait enfiler ». Robinson veut imposer les codes de valeurs correspondant à son apparence vestimentaire à Vendredi. « moins pour le protéger de la fraîcheur de la nuit que pour ménager sa propre pudeur » ce quiprouve le manque de respect des traditions indigènes de Robinson dans le but d’imposer sa civilisation. Robinson ne propose pas ses vêtements à Vendredi pour son bien mais pour respecter sa pudeur.
« était abattu, sans réaction, comme écrasé … transporté » Champ lexical de la soumission. Vendredi est dans un état de passivité.
l’hyperbole « incroyable cité » met en avantl’admiration de Vendredi, il est impressionné par la technologie de Robinson. Il accepte la supériorité de l’homme blanc.
Dans le log-book, Robinson dénigre Vendredi qu’il qualifie « au plus bas degré de l’échelle humaine ». Il lui reproche d’être un « homme de couleur ». De plus, Robinson utilise des termes péjoratifs pour définir Vendredi « loin d’être un pur sang », « raceinférieur », « mon esclave », « sa nullité » qui mit en avant par une supposition « et s’il était encore d’âge rassis, capable de » qui montre le manque de respect qu’éprouve Robinson à propos de Vendredi.
« la civilisation que j’incarne » est une exagération. Robinson se met en avant, pour montrer la supériorité de sa civilisation quitte à dénigrer son prochain. « mon esclave queje perfectionne », il considère Vendredi comme un simple objet. Il le confirme en disant « un sauvage n’est pas un être humain à part entière ».
De plus, le champ lexical de la domination est fort présent « je ne voulais pas lui donner un nom », « lui imposer », « en lui donnant ». Cela montre la supériorité de Robinson sur le sauvage.
II/La connaissance de la nature deVendredi et l’appartenance de l’île de Robinson :
Même si Robinson domine sur l’île, dans cet extrait, Robinson s’interroge. En effet, « se demanda un instant où il avait bien pu les trouver » traduit le fait que Robinson reconnait indirectement que Vendredi connait davantage l’environnement dans lequel il vit (la forêt tropicale). Il analyse les moindres faits et gestes de...
tracking img