Lecture methodique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1301 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Nuit Rhénane
INTRODUCTION ET SITUATION DU PASSAGE Ce poème extrait du recueil d’Alcools (publié en 1919) ouvre le cycle des neuf poèmes rhénans qui s’inscrivent en amont de la « Chanson du Mal-Aimé ». Ils ont été composés entre 1701 et 1902, période de la rencontre avec Annie Playden, en Rhénanie, alors qu’il travaillait en précepteur dans une famille française (installée en Allemagne). Lasituation de ce poème dans l’œuvre est le résultat d’un brouillage chronologique tout à fait volontaire : dans l’ordre des poèmes du recueil, le poème de la rupture avec Annie Playden est placé avant celui de la rencontre. Nuit Rhénane est placé à la tête des neufs poèmes rhénans parce qu’il en est généralement et thématiquement représentatif : • Mythologie du Rhin (comme dans « La Loreley ») ; •Description d’un paysage rhénan (comme dans « Mai ») ; • Atmosphère onirique et surnaturelle (« La Loreley ») ; • Le thème de la femme : sa duplicité, son inaccessibilité, … (« Mai ») Axes d’étude I. La duplicité de la femme : entre amour et mort ; II. La métamorphose du réel : le climat onirique, mystérieux et inquiétant.

DEVELOPPEMENT DE L’ANALYSE I. La dualité de la femme (Amour/mort) :opposition entre femme-démon//femme-ange Ce poème croise les thèmes de la femmes et de la mythologie, qui s’incrivent alors au cœur du poème. 1) La femme, un être malfaisant et inquiétant par sa dimension mythique : Ce poème comporte plusieurs indices qui montrent qu’il s’inspire de la mythologie : • La chanson du batelier : chanson légendaire → penser aux chants homériques ; • « Sept femmes tordant leurcheveux verts » → le chiffre 7 : chiffre symbolique et magique ; • Femmes aux « cheveux verts » → indubitablement inspirées mythologie germanique : ces femmes seraient un peu l’équivalent des sirènes d’Ulysse, pour l’attirance et la mort qu’elle provoquent chez les marins ; • « un vin trembleur comme une flamme » : ici, trois mots clés : Vin = alcool : maître mots du recueil puisque ce dernier enporte le titre ; Trembleur = frayeur, peur… de la femme maléfique ; Flamme = feu avec toutes ses déclinaisons symboliques (enfer,…) ; 2) La femme, un être bienfaisant, une fée : Pour lutter contre l’emprise des femmes démoniaques, l’auteur invoque les femmes-ange, aux cheveux blonds et aux nattes repliées = innocence et candeur ; Longue chevelure verte déployée = séduction dangereuse // chevelureblonde aux nattes repliées = connotation de pureté. 3) La femme-démon l’emporte sur la femme-ange cependant :

L’ivresse qui s’empare du poète touche aussi le Rhin. Et même s’il essaye de y mettre un terme, la chanson du batelier la rend toujours plus forte, et l’étymologie du verbe « chanter » prouve cette étroite relation entre le pouvoir démonique des ondines et la chanson du batelier : Eneffet, « Chanson », vient bien sûr de « chanter », qui descend lui-même de sa racine latine « canter » (d’où par exemple le mot cantatrice qui désigne une chanteuse d’opéra), et qui naturellement rappelle le verbe « incanter », comme les ondines qui « incantent l’été ». Légèrement tiré par les cheveux, mais avouons nous que l’argument est bien pensé : c’est ainsi qu’on peut effectuer la relationqui lie la chanson du batelier et la magie des ondines. Même que cette chanson augmente d’importance au fur et à mesure que celle du pouvoir des ondines augmente aussi. Il en est tel que la chanson devient vers à la faim pénible : on le voit à travers le néologisme composé et curieusement maladroit : chanter « à en râle-mourir ». Au même temps, le pouvoir des ondines s’accroît et atteint son summumpar l’éclat de rire et l’explosion du verre. Et à ce propos, on peut en fait proposer divers interprétation plus ou moins convaincantes de ce dernier vers, qui marque explicitement une rupture dans le temps (remarquons que le poète emploi le présent de narration ou du moins les temps du présent tout au long du poème et ce n’est qu’à la fin qu’il emploi le passé composé, comme pour signifier une...
tracking img