Lecture

Pages: 6 (1253 mots) Publié le: 16 février 2011
Jean Valjean a demandé à manger et dormir dans l’auberge des Thénardier. Il observe Cosette du coin de l’œil et assiste aux tortures psychologiques et physiques que l’infâme mégère fait subir à l’enfant. Battue parce qu’elle avait osé « mettre ses mains sales » sur la poupée des deux petites Thénardier, Cosette se voit offrir par l’inconnu un inestimable cadeau : une poupée que tous les enfantsdu village allaient admirer dans la vitrine de Noël.

La Thénardier, Eponine, Azelma étaient autant de statues. Les buveurs eux-mêmes s'étaient arrêtés. Il s'était fait un silence solennel dans tout le cabaret.
La Thénardier, pétrifiée et muette, recommençait ses conjectures:
- Qu'est-ce que c'est que ce vieux? Est-ce un pauvre? Est-ce un millionnaire? C'est peut-être les deux, c'est-à-dire unvoleur.
Le Thénardier considérait tour à tour la poupée et le voyageur; il semblait flairer cet homme comme il eût flairé un sac d'argent. Cela ne dura que le temps d'un éclair. Il s'approcha de sa femme et lui dit bas:
- Cette machine coûte au moins trente francs. Pas de bêtises. A plat ventre devant l'homme.
- Eh bien, Cosette, dit la Thénardier d'une voix qui voulait être douce et qui étaittoute composée de ce miel aigre des méchantes femmes, est-ce que tu ne prends pas ta poupée?
Cosette se hasarda à sortir de son trou.
- Ma petite Cosette, reprit la Thénardier d'un air caressant, monsieur te donne une poupée. Prends-la. Elle est à toi.
Cosette considérait la poupée merveilleuse avec une sorte de terreur. Son visage était encore inondé de larmes, mais ses yeux commençaient às'emplir, comme le ciel au crépuscule du matin, des rayonnements étranges de la joie. Ce qu'elle éprouvait en ce moment-là était un peu pareil à ce qu'elle eût ressenti si on lui eût dit brusquement: Petite, vous êtes la reine de France.
Il lui semblait que si elle touchait à cette poupée, le tonnerre en sortirait.
Ce qui était vrai jusqu'à un certain point, car elle se disait que la Thénardiergronderait, - et la battrait.
Pourtant l'attraction l'emporta. Elle finit par s'approcher, et murmura timidement en se tournant vers la Thénardier:
- Est-ce que je peux, madame?
Aucune expression ne saurait rendre cet air à la fois désespéré, épouvanté et ravi.
- Pardi! fit la Thénardier, c'est à toi. Puisque monsieur te la donne.
- Vrai, monsieur? reprit Cosette, est-ce que c'est vrai? C'est àmoi, la dame?
L'étranger paraissait avoir les yeux pleins de larmes. Il semblait être à ce point d'émotion où l'on ne parle pas pour ne pas pleurer. Il fit un signe de tête à Cosette, et mit la main de «la dame» dans sa petite main.
Cosette retira vivement sa main, comme si celle de la dame la brûlait, et se mit à regarder le pavé. Nous sommes forcés d'ajouter qu'en cet instant-là elle tiraitla langue d'une façon démesurée. Tout à coup elle se retourna et saisit la poupée avec emportement.
- Je l'appellerai Catherine, dit-elle.
Ce fut un moment bizarre que celui où les haillons de Cosette rencontrèrent et étreignirent les rubans et les fraîches mousselines roses de la poupée.
- Madame, reprit-elle, est-ce que je peux la mettre sur une chaise?
- Oui, mon enfant, répondit laThénardier.
Maintenant c'étaient Eponine et Azelma qui regardaient Cosette avec envie.
Cosette posa Catherine sur une chaise, puis s'assit à terre devant elle, et demeura immobile, sans dire un mot dans l'attitude de la contemplation.
- Joue donc, Cosette, dit l'étranger.
- Oh! Je joue, répondit l'enfant.
Cet étranger, cet inconnu, était en ce moment-là ce que la Thénardier haïssait le plus au monde.Elle se hâta d'envoyer ses filles coucher, puis elle demanda à l'homme jaune la permission d'y envoyer aussi Cosette, qui a bien fatigué aujourd'hui, ajouta-t-elle d'un air maternel. Cosette s'alla coucher emportant Catherine entre ses bras.
La Thénardier allait de temps en temps à l'autre bout de la salle où était son homme, pour se soulager l'âme, disait-elle. Elle échangeait avec son mari...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Lectures
  • Lecture
  • La lecture
  • Lecture
  • Lecture
  • Lecture
  • Lecture
  • Lecture

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !