Lemonde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1573 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES FONDEMENTS DE L’ECHANGE INTERNATIONAL

Il s’agit de faire une tentative de recensement de quelques théories qui rendent compte du commerce international et qui s’organise autour de 2 pôles : celui des théories libre – échangistes (largement dominantes) et celui des théories protectionnistes.

I – Les théories protectionnistes

A – les mercantilistes

La penséemercantiliste s’est développée entre 1450 et 1750 d’abord en Italie ensuite en Espagne, au Portugal, en France, en Allemagne, en Hollande et en Angleterre. Selon les idées mercantilistes, le meilleur moyen pour une nation d’accroître sa puissance et sa richesse consistait à exporter plus qu’importer. L’excédent de la balance commerciale devrait être réglé par un afflux de métaux précieux, principalementl’or. Les gouvernements étaient ainsi appelés à stimuler les exportations et à réduire les importations. Le moyen utilisé était des droits de douanes élevés sur l’importation des produits manufacturés (pour protéger la production nationale contre le concurrence étrangère) et sur les exportations des matières premières (pour permettre le développement des manufactures nationales) et une exonérationde droits de douanes des exportations des produits manufacturés (pour stimuler leurs exportations) et sur les importations des matières premières (pour développer les production manufacturière dont la valeur ajoutée est très élevée).
Il est à remarquer que le protectionnisme des mercantilistes était permanent.

B – Le protectionnisme temporaire ou « éducateur » : Frédéric LIST
 Pour cet auteur allemand, le libre échange ne doit pas se réaliser entre 2 pays dont le niveau de développement est inégal. Pour qu’une économie puisse sortir de son état agricole et développer ses manufactures (condition de développement), il faudrait pratiquer un protectionnisme momentané, le temps de développer les forces productives (protectionnisme éducateur). Une fois l’industrialisationaccomplie on passera au libre échange.

C - l’école de la régulation : l’existence d’une économie dominante

Sur la lancée d’auteurs marxistes (Lénine notamment), certains économistes ont centré leur attention sur l’existence de relations bien spécifiques entre les pays capitalistes et le tiers monde. Ils notent que l’économie dominante est capable de fixer les règles du jeuinternational. Le libre échange engendre la relation de dominés – dominants.

II- Les théories libre – échangistes

A- les théories classiques

Elles ont en commun de se fonder sur la logique des différences d’efficacité des productions

- A. SMITH : la théorie des avantages absolus (voir schéma)
Selon cette théorie chaque pays a intérêt à se spécialiser dans la production pourlaquelle il a un avantage absolu et abandonner la production pour laquelle il a un désavantage absolu.

- D. RICARDO : la théorie des avantages relatifs
Selon cette théorie, chaque pays a intérêt à se spécialiser dans la production pour laquelle il possède le plus grand avantage ou le moins grand désavantage et abandonner la production pour laquelle il a le moins grand avantage ou le plusgrand désavantage.

La conséquence de cette spécialisation sera une augmentation de la production due à une réduction de coût. Ce qui engendre une baisse des prix, situation favorable au consommateur.

- La loi des valeurs internationales : J.S. MILL
Si Ricardo indique à quelle condition l’échange est possible, J.S. MILL démontre à quel prix s’effectuera cet échange.
Partant del’exemple de 2 pays, produisant en situation d’autarcie les mêmes biens, MILL montre qu’en application de la théorie des avantages comparatifs il faudrait prendre en considération l’importance de la demande de chaque pays pour le produit dans lequel il se spécialise. Une offre abondante d’un des 2 pays face à une demande faible de l’autre (ou une offre élevé face à une demande faible) risque...
tracking img