Lendemain de la guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1348 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
UN TRAUMATISME SANS PRECEDENT
POURQUOI LA SECONDE GUERRE MONDIALE A-T-ELLE PROVOQUE UN TEL TRAUMATISME ? 2009
PARTIE I : QUESTIONS
Question 1 : Adolf Eichmann fait preuve de plusieurs arguments dans l’espoir de diminuer sa peine. En effet, il dénigre le fait qu’il a été un acteur majeur de ce qu’il considère « un assassinat collectif ». En effet, il rejette la faute sur sessupérieurs, comme on peut le voir à la ligne 4 où il fait une attaque directe (« Seuls, les dirigeants politiques sont responsables de cet assassinat collectif »). Son seul crime, selon lui est d’avoir été obéissant en vertu du code militaire, il se dit berné (« Ma culpabilité réside dans mon obéissance […] respect de la discipline et de mes obligations militaires »). D’acteur, Adolf Eichmann monte saplaidoirie en se faisant passer pour une victime, le poussant à affirmer un dégout de ses propres actions comme on peut le voir à la ligne 12 (« Je n’ai pas persécuté les Juifs par passion et par plaisir »). De plus, à la ligne 15, Adolf renforce ces propos en se mettant au même niveau que les jurés (« J’accuse »l.15), pour soutenir le fait que ce procès n’est pas le sien, mais celui de sesdirigeants.
Si le verdict illustre l’affirmation de la prééminence des règles de la conscience sur les règles sociales, c’est parce que les règles sont les règles : en effet, certains ont choisi d’obéir aux ordres et d’autres n’ont pas fait ce choix, comme par exemple le comte Claus von Stauffenberg. Les règles sociales le veulent abusé par le nazisme, impliqué contre sa volonté mais la consciencele veut coupable (en droit, seuls les actes comptent). Kant illustre bien cette prééminence de la conscience, quand il dit « _Il pourrait, par l’exercice de sa liberté se contraindre à un exercice moral, il ne l’a pas fait, il se rend coupable_.».
Question 3 : Les effets de la bombe atomique larguée à Hiroshima semblent surréels par rapports aux bombardements dits « classiques », suivant laméthodologie du « Blitzkrieg » où les tapis de bombes mettaient le feu à la ville, mais qui cependant laissait des traces visibles du bombardement. A Hiroshima, l’impression de l’auteur est celle d’un anéantissement total de la ville (« […] on y trouvait du moins un cadavre de ville, Fit de morceaux, de reste. A Hiroshima, rien. »l.8). Le bombardement nucléaire ressemble donc à l’extinction de la vie,à la destruction totale d’un lieu (aussi grand soit-il qu’ Hiroshima). Si, selon l’auteur, Hiroshima est un crime contre l’humanité commis par toutes les nations et non par une seule, c’est parce que la guerre rime avec progrès militaire. En effet, le but est de développer un arsenal plus sophistiqué que les autres (on a une course à l’armement). La guerre pousse donc les nations à développer desarmes les plus atroces les unes que les autres (par exemple la création du V1 par l’Allemagne, puis ensuite du V2 qui constitue le premier missile sol-sol à longue portée). N’importe quel belligérant aurait pu donc développer la bombe A après un certain temps, ne laissant au Etats-Unis pour seul crime de l’avoir utilisé en premier.
Question 4 : Cette scène représente une petite milice arméeentourant leur victime, tatouée du M de Mussolini sur le front reconnue coupable de collaboration. Le terme épuration consiste en l’élimination du corps social des membres jugés indignes d’en faire partie. Cette vague d’épuration qui’ il y a eu après la fin de la guerre reflète bien l’image de haine vis-à-vis des collaborateurs, qui est contraire à l’unité d’un pays. Cette épuration, qui a eu lieudans d’autres pays comme la France a vu des gens être exécutés pour avoir collaboré, des femmes tondues publiquement pour avoir tissé des liens avec des officiers nazis. Ces actes de barbarismes perpétués par vengeance nous montre bien les tensions internes à chaque pays.
PARTIE II : Commentaire composé
La seconde guerre mondiale fut un énorme traumatisme d’abord sur le plan humain. Jamais...
tracking img