Les 30 glorieuses : de la société industrielle à la société de consommation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1031 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
De la société industrielle à la société de consommation

De 1945 à 1973 période marquée par une croissance soutenue: les 30 glorieuses (J. Fourastié).
À partir de 1973, cette croissance continue mais ralentie. On entre alors dans une période de dépression alors que de phénomène s'amplifie (troisième révolution industrielle, la mondialisation). La troisième RI est basée surl'informatisation et la mondialisation (élargissement à toute la planète des capitaux, des réseaux de communication et d'information, des activités pour créer un seul marché mondial). Les mutations économiques s'accompagnent de transformations sociales et culturelles profondes qui suscitent de nombreuses interrogations.
En quoi les transformations économiques ont-elles bâti un monde de globalisé ?

I.Evolution économique de 1945 à nos jours
A. les 30 glorieuses (aspects, facteurs, limites)
Aspects :
- Organisation scientifique du travail : gammes de production important, production à moindre coût d’une grande quantité de produits identiques. La croissance concerne surtout les biens durables et les biens d'équipement des ménages.
- une par des progrès de la production est reversée à lapopulation sous forme d'augmentation de salaire. Cette possibilité d'augmenter la demande met en place une société de consommation de masse. La société de consommation est une société où la population consomme des produits en grande quantité, qui ne sont pas vraiment nécessaires, qui doivent être renouvelés car ils sont perçus comme des besoins. La généralisation du crédit contribue aussi à laconsommation de masse.

Facteurs :
- la reconstruction : lancée par l'aide financière du plan Marchal.
- la stabilité monétaire, qui est garantie par le système de Bretton-Woods.
- le baby-boom : après la guerre, phénomène influençant la croissance car la demande augmente.
- la faiblesse du prix du pétrole qui remplace le charbon
- le progrès technologique favorisé par lesinvestissements
- le rôle important de l'État : l'État-providence régule et stimule l'économie de marché.

Limites :
Cette croissance ne profite pas également à tout le monde, dans un même pays. Les écarts entre les plus riches les plus pauvres augmentent. Inégalités entre les pays. Croissance japonaise exemplaire, on parle de miracle japonais. La plupart du temps la croissance tourne autour de5 %, les pays de l'Est se connaissent une croissance très faible. Les pays du Sud sont en majorité exclus sauf les quatre dragons (Taiwan, Singapour, la Corée du Sud, Hong Kong).

B. de la crise à la dépression
Cette crise éclate en 1973 elle se traduit par un ralentissement de l'activité économique, et donc de la croissance (÷2). C'est l'augmentation des prix du pétrole qui révèle lacrise. La première crise est en 1940. La guerre du Kippour en 1973 : le prix du pétrole x 4.
En 1979 2nd crise, guerre contre l'Irak > augmentation prix du pétrole. À la suite des chocs pétroliers, la crise se manifeste de plusieurs façons : disparition de secteurs économiques traditionnels : le chantier naval, automobile, textile, sidérurgie.
- la situation de stagflation
- augmentation dunombre de chômeurs
- augmentation de la précarité

C. la reprise et ses incertitudes
Depuis les années 1950, les états mènent une politique keynésienne : l'intervention massive de l'État dans les colonies par le biais des nationalisations des secteurs-clés et par une planification indicative. Dans un premier temps, au début de la crise, les états réagissent en renforçant la politiquekeynésienne. Mais à la fin des années 70, on assiste au retour des doctrines libérales. Les néolibéraux proposent des politiques monétaristes et des désengagements de l'État. Cette politique monétaire a pour effet de diminuer le déficit mais le coût social est élevé.
Avec la disparition du communisme le seul modèle de développement qui subsiste propose sur le libre-échange et la concurrence....
tracking img