Les 30 glorieuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4399 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Trente glorieuses
Introduction
 
L’ordre de l’après guerre fut érigé sur l’idée d’une généralisation et d’un accroissement du bien-être collectif/individuel. Il faut bien voir que ce bien-être serait assuré via une augmentation des activités commerciales découlant d’un niveau de vie économique qui permettra une production/consommation massive. L’objectif principal de ce cadre (forgé lorsde la conférence de Bretton Wood) était de mettre en opération un système social où les sphères politiques, juridique et économique concourraient à créer un ensemble de règles, de pratiques et de normes où les échanges commerciaux feront boulle de neige et où chacun des protagonistes (citoyens, travailleurs, entrepreneurs, peuples, nations, bloque économique participant au projet de la modernité) ytrouverait son compte dans un enrichissement réciproque.
 
En parallèle avec cette volonté de rendre plus fluide les échanges commerciaux, cette conférence tenta d’instaurer un climat de paix (relative). "Lorsque les délégués de cinquante pays se rassemblèrent, il y a cinquante ans, dans un petit village du New-Hampshire, aux Etats-Unis, pour tenter de restaurer le système monétaire etfinancier international, une phase décisive s'inaugurait dans la lutte contre le fascisme avec l'ouverture, au même moment, du « nouveau front » à l'Est."1 En fait, le résultat de Bretton Wood fut la création des soeurs jumelles FMI et BIRD (Banque mondiale) qui visaient la construction d’un ordre capitaliste globalitaire dynamique, stable et protégé des turbulences.
 
 
Le contexte d’après guerre
 La guerre ayant fortement affaiblie le Royaume Uni et enrichi les États-Unis, le contexte dans lequel se déroula cette conférence de 1944 plaçait les revendications des Américains dans une position plutôt favorable -- d’autant plus que ces pays, (Yougoslavie, Union soviétique, Chine, Allemagne, Japon) physiquement affligés, voyant leurs richesses (or) et ressources (transport/industries,institutions) amoindries et face au désinvestissement interne et externe, se trouvaient donc dans l’obligation d’emprunter et/ou de transiger d’avec cette nouvelle puissance mondiale dominante (par défaut). Le jeu de cette dernière fut donc de favoriser son propre développement en forçant l’ouverture de nouveaux marchés et en veillant à la prospérité de ceux-ci; ce qui revient à dire que la prospérité duplus grand nombre de régions-marchés susciterait un enrichissement -- et donc un accroissement du pouvoir hégémonique -- américain.
 
Nous entrâmes donc dans un systémisme intégrateur où le renforcement du système social étatsunien devint une lutte qui devenait celle de tous: puisque le dollar américain était devenu l’or des Trente glorieuses, et qu’à la fois le financement et les investissementsnécessaires à la reconstruction du vieux continent venaient des Usa, et que, en sur crois, ceux-ci visaient une pérennité économique reposant sur l’idéologie fordiste et keynésienne (qui pose l’enrichissement des masses et l’interventionnisme étatique comme priori au développement et à la stabilité des entreprises et des nations), la volonté des acteurs ne pouvait être autre que de renforcer cesystème qui favorisait, par la bande, leur propre développement. Par un processus d’entraînement réciproque et d’intégration boulle de neige, la marche vers une meilleure condition collective a trouvé dans la société des consommations et des loisirs un terreau fertile à souhait et propice au passage des rails du train marchand.
 
 
Le cadre
 
Cette nouvelle configuration de l’espaceéconomique, se déployant de plus en plus aisément grâce aux nouvelles technologies, ne s’est néanmoins développée sans la création d’un cadre et d’un protocole précisément défini. Le FMI et la BIRD, par leur mandat de promouvoir, de développer et de protéger le capitalisme, légitiment des interventionnismes correctionnels tout en imposant nombre de règles universelles régissant l’ensemble des échanges...
tracking img