Les 7 chansons

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3818 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les sept chansons

Elles sont réparties en trois groupes : le timbre
le bourdon
Léo Ferré

Définition :

Il s’agit : - d’une œuvre composé d’un texte et d’une musique indissociable l’un de l’autre,
- peut avoir des structures diverses : strophiques, rondo …
- peut appartenir à des genres musicaux différents : folklorique, variété, jazz, …- peut être accompagné par un ou plusieurs instruments ou a cappella,
- une chanson peut être monodique ou polyphonique.
La création d’une chanson nécessite la présence d’un auteur, d’un compositeur et d’un interprète. Certains réunissent les trois fonctions, d’auteur-compositeur-interprête parfois un quatrième musicien intervient c’est l’arrangeur, celui qui harmonise etdonne la couleur particulière à la chanson par son orchestration.

Histoire de la chanson :

Depuis le début de l’humanité, le chant fait intimement parti de la vie. La chanson est le témoignage oral des mœurs des époques successives : chansons d’amour, de guerre, de travail, à boire, chanson satiriques (les manjarinades).
Au 17ème siècle, la chanson devient le divertissement populaire parexcellence, origine de l’opéra comique.
« tout finit par des chansons » Mariage de Figaro
Moyen d’expression populaire, la chanson commence à propager des idées politiques et philosophiques, ce sont les chants révolutionnaires, les pamphlets, les satires ou même les hymnes.
Jusqu'à la renaissance des droits d’auteurs et la création de la SACEM (au milieu du 20ème siècle) les chansonssont faites à partir d’airs existant et souvent anonyme : les timbres.
Souvent ces airs sont extraits de comédies chantées et se diffusent par le bouche à oreille ; seul le texte nouveau est à retenir puisque tout le monde connaît l’air.
Au 19ème siècle, à la manière des salons littéraires, des salons chantant se forment, dont le célèbre caveau moderne société de salons parisiens. Parallèlementles goguettes deviennent le moyen d’expression d’une classe sociale qui commence à s’exprimer : les ouvriers.
Le grand chansonnier Pierre-Jean de Béranger (1780-1857) est à l’origine de ce que l’on appellera au 20ème siècle : la chanson engagée.

Pendant tout le 19ème siècle, on chante beaucoup (dans la rue, les cafés, etc.) indifféremment des chansons de goguettes, la romance de salons (oùles textes sont des poèmes) mais on chante également un nouveau genre : la complainte. C’est une sorte de déploration qui prend pour thème le malheur humain et qui sera à l’origine de la tradition de la chanson française du 20ème siècle dont les interprètes seront : Germaine Motéro, Edith Piaf et dans la tradition des auteurs-cmopositeurs-interprètets : Renaud, Brassens, Boris Vian et plus récemmentCamille.

Entre tradition et modernité : le bourdon

Définition : Le bourdon :

C’est un son continue à hauteur constante, en général grave. Ce genre de procédé musical remonte au Moyen âge et même sans doute à l’antiquité, mais tend à s’effacer à l’apparition de la polyphonie. C’est une tradition ancestrale aussi bien populaire que religieuse.
Le terme bourdon est apparu au 13ème sièclepour désigner les tuyaux graves de l’orgue où des cornemuses ou encore celles des violes et des luths. Relayer par les instruments à bourdon, la musique à bourdon reste le creuset privilégié de la musique populaire.
Mais le bourdon n’est pas non plus absent de la musique savante, notamment dans les musiques du 19ème siècle, les romantiques portant un renouveau d’intérêt par les musiquespopulaires de leur pays.
Exemples : Schubert termine son voyage d’hiver par le vielleux.
Beethoven commence sa symphonie pastorale par un bourdon pour évoquer la vie champêtre qui a une fonction descriptive.
Moussorgski dans le vieux château des tableaux d’une exposition utilise un bourdon (le thème naît du bourdon).

La pluie tomber sur Nous :

1°) L’interprète : Evelyne Girardon :

Evelyne...
tracking img