Les affections sociales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (796 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bambou7
Explication de texte de Rousseau

A travers ce texte de Rousseau, le thème mit en avant est celui des « Affections sociales »chez l’être humain.
Rousseau nous explique à travers ce texte,comment est-il possible de ressentir divers sentiments pour autrui (chagrin, pitié, haine..)
Pour l’auteur, il est tout d’abord nécessaire de s’avoir imaginer pour pouvoir s’identifier à autrui.Comment Rousseau explique t-il « Les affections sociales » ?
Que peut-provoquer chez autrui l’ignorance de toutes affections sociales en vers autrui?
C’est au cours de l’explication de notre texteque nous pourrons donner réponses à ces questions.

Pour commencer, Rousseau admet que la pitié est naturelle au cœur de l’homme. Il entend donc par là que la pitié demeure depuis toujours àl’intérieur de l‘homme. Seulement elle n‘est pas active. L‘homme ne peut pas ressentir la pitié tant qu‘il ne « l‘active » pas à l‘aide de son imagination.
D’Après Rousseau, l’homme peut tout à fait arriver àce genre de situation, il lui suffit de s’extérioriser afin de s’identifier à l’être souffrant face à lui.
Après cette extériorisation il en vient à l’homme, et à lui seul, de juger l’intensité desouffrance que peut ressentir autrui en face de lui. Et c’est donc par ce qu’il montre de sa souffrance, par les apparences, que nous pouvons mesurer la peine d’autrui.
Cependant, n’est-il pas un peutrop subjectif de juger la souffrance d’autrui sur des apparences? Car il est possible pour chacun d’entre nous de masquer sa souffrance, voir de l’accentuer dans un but précis.
Le sentiment de pitiéchez l’homme révèle alors une prise de conscience de la souffrance.
En effet, Rousseau nous explique qu’il est nécessaire pour l’homme d’avoir acquéri des connaissances afin d’activer et de pouvoirensuite juger les sentiments. Nous sommes d’accord avec Rousseau pour dire que rien n’est inné, tout s’apprend. C’est en souffrant que autrui nous raconte qu’il souffre. Si nous ne voyons pas...
tracking img