Les ames fortes plan resume analytique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7776 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les âmes fortes

PLAN-RESUME ANALYTIQUE

I. OUVERTURE – PROLOGUE : LA VEILLEE FUNEBRE pp. 7-53

Souvenirs des vivants et des morts

Des mots autour du mal

a) la polyphonie : un chœur de plusieurs femmes qui veillent le mari de l’une d’elles : l’Albert. Il y a là au moins Berthe, Thérèse et celle qui apportera la contradiction à Thérèse et que Giono lui-même désigne comme « le Contre »b) bavardage et réflexions diverses : la vie (café, caillettes, vin blanc) et la mort : « Il ne faudrait pas avoir vécu pour ne pas savoir que les plus malheureux sont ceux qui partent – Eh bien vous Th, alors on peut dire que la vie vous plaît. » (28).

c) le mal : l’incendie ; l’illusion : « Je veux dire être et paraître, la différence que c’est ! Tu vas, tu viens, tu es quelqu’un ; etpuis un beau jour ça éclate. » (19) « Tu fouillerais, tu en trouverais des choses ! Tout le monde en a. Qui plus qui moins. » « Quand on veut faire le mal, ce n’est pas une culotte ou une robe qui vous le fait faire ou qui vous en empêche. » 20

d) la figure de Thérèse se détache et s’impose peu à peu : elle a 89 ans ; elle est née « deux ans après le gros incendie », en 1860 ; on est en 1949, àLalley, village du Trièves. Elle a été placée comme fille de cuisine à 17 ans au château du Percy chez les Charmasson. Elle a perdu ses trois fils et son mari (28) Page 23, étrange allusion : « quand j’ai quitté le château, un an avant mon mariage, on s’est fixé maréchal à Clostre » « Qui t’a dit que j’étais malheureuse ? - Vous dites que vous n’aimez personne et que vous n’avez que vous. – Ehbien ! où vois-tu du malheur dans tout ça ? » (52-53)

e) les souvenirs, commérages, ragots, ou anecdotes deviennent des récits, des histoires : des « affaires » : querelles de familles ; argent ; vices ; violence ; manipulation ; jalousie ; haine : petites mesquineries, menus délits, calculs égoïstes, conflits d’intérêts qui tissent le quotidien d’un village « Ceux de votre sang ne se gênentpas. » « Mais la justice dans ce bas monde ! La justice il faut se la faire soi-même. » (46)

f) quelques personnages se détachent : les châtelains du Percy : Monsieur et Madame Charmasson (une autre veillée mortuaire : un autre incendie) ; le soldat devenu épicier, qui s’est pendu ; un oncle maternel, « méchant comme la gale » : « C’est un lascar » (24) ; « un comédien hors-ligne » (25) : unesorte de préfiguration de Firmin ; le « gros blond » profiteur qui rachète à bas prix les cochons des malades ou des morts en payant de la main à la main, sans que le notaire le sache

II. PREMIER RECIT DE THERESE : « L’AFFAIRE NUMANCE » pp. 53-120

1. l’enlèvement – le jeune couple : 53-65

a) noter que le dialogue continue et que le récit de Thérèse est ponctué d’interventions et decommentaires des autres veilleuses

b) projets de fuite : mariage avec Firmin en 1882 (Th a 22 ans, F 25 ; confirmé page 68) [mais page 23 « quand j’ai quitté le château, un an avant mon mariage, on s’est fixé maréchal à Clostre »] ; retour sur la vie au château du Percy avec l’intendante, « Méchante comme la gale » (56)

c) premier portrait contradictoire de Firmin : Maréchal-ferrant ? « iln’était rien » (54) « Il n’aurait pas fait de mal à une mouche et ce n’était pas lui qui m’avait cherchée. » (55) «  C’était un homme qui ne figurait guère [mais] il en mettait de plus flambards dans sa poche. » « Il n’a l’air de rien mais vous m’en direz des nouvelles » (58-59). Légère prolepse : « J’ai vécu trente ans avec lui. »

d) la fuite (59-65) : « je voyais des catastrophes, des malheurspartout » (61) « Il était donc si sûr que ça !  Il m’avait donc joué la comédie ! Il avait donc tout préparé à l’avance ! » « J’étais bien bête et… » (64)

e) commentaire du Contre : « Quelle histoire ! – J’en connaissais un peu moi par ma tante. – Oui mais ta tante ne connaissait pas tout ça. Tout ce qu’on a raconté, par contre, sur Firmin ! Eh bien ! Firmin c’était ça. » (64)

2. arrivée à...
tracking img