Les animaux malades de la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique 1
Les Animaux Malades de la Peste
Introduction :
On considère que le fondateur de la fable est Esope, auteur grec de petits récits mettant en scène des animaux en ayant une portée moral. Dans l'antiquité ces fables avait déjà était imité par Phèdre (auteur romain). La fontaine s'inspire de ces auteurs entre autres pour ces fables. Une fable est un récit en vers quimet généralement en scène des animaux qui représente des caractères humains et qui comporte généralement une morale, placée au début ou à la fin. Elle a donc toujours une portée didactique. La fontaine utilise l'hétéromètrie.
Dans quelle mesure la structure de cette fable permet de manière efficace les plans du pouvoir et également de la société ?
I/ Un récit sous forme d'apologue.
a) LePrologue
Le temps qui domine est l'imparfait « faisait » v.6 « mouraient » v.7 « voyait » v.8. La situation initiale est un tableau effrayant des ravages causés par la peste. Un « mal » tellement effrayant que la poète semble redoutée de la nommés tout de suite. Le champ lexical du combat et de la violence : « terreur »v.1 « fureur »v.2 « punir les crimes » v.3 « guerre » v.6 « tous étaientfrappés » v.7. C'est un début dramatique voir tragique, l'idée de fatalité (v.2).
On nous décrit l'anéantissement des animaux, pour créer chez le lecteur de la compassion, la description des animaux passe au registre pathétique. La survie des animaux est menacée par la disparition de leur instinct : « les tourterelles » ne sont plus amoureuses.
b) Le cas du Lion v.15-43
Passé simple +discours direct, c'est donc le début de l'action. Le Lion propos un sacrifice expiatoire. Il s'agit de la tradition du bouc émissaire qui date des hébreux. (Lâche le bouc et symboliquement il est lapidé par la foule). Le Lion fait un long discours et il est aussitôt disculper par le Renard qui l'absout de son crime et se sauve par la même occasion.
c) Transition : disculpation du Tigre et de l'Ours(v.44 à 49)
Accélération du rythme du récit et le cas de l'Ours et du Tigre sont dans le prolongement de celui du Lion. Il est donc inutile de s'attarder sur leurs cas puisque se sont des animaux puissants donc craint par les autres.
d) Le cas de l'Âne
C'est un animal inférieur. On peut également noter un parallèle entre la hiérarchie et la diminution de l'ampleur du crime : le Lion mangeun Berger et l'Âne de l'herbe. La surprise des animaux aux crimes de l'Âne « haro sur le banquet » (= à mort). De manière parallèle au cas du Lion, se discours de l'Âne est suivi d'une réaction, celle du loup, cette fois au discours indirect comme si l'Âne n'avait pas l'honneur d'être défendu. Le jugement est ici sans appel, on remarque le champ lexical du crime « maudit » « crime abominable » «mort » « forfait » « cas pendable ».
Ainsi, le Lion s'accuse, il est défendu par le Renard, et l'Âne s'accuse il est accabler par le Loup. On remarque un parallélisme de construction qu'on retrouve dans la moral : Puissant / Misérable ; blanc / noir. Cette brièveté de la moral contraste avec l'étendue et l'éloquence du prologue et rend la fin plus abrupte et violente, ce qui évoque la mortbrutale de l'Âne « rien que la mort ».
--> La structure de la fable est à mettre en rapport avec la moral, ce qui rend cet apologue particulièrement efficace.
II. La parodie de la justice
a) Le discours du Lion
Le Lion est le chef incontestable, religieux, civique et fraternel « mes chers amis » (v.15). Il semble faire preuve d'humilité « nos péchés » (v.18). Il est également lereprésentant de la mémoire de son peuple « histoire ».
Il affiche de bonne intention et obtient un discours qui se veut sans discrimination « sans indulgence » (v.23). Il avoue avoir commit des crimes contres les innocents « J'ai dévoré force moutons ». Il semble prêts à accomplir un sacrifice, néanmoins on constate qu'il demande aux autres de faire amande honorable au nom de la justice « mais je pense...
tracking img