Les animaux malades de la peste. (livre vii - 1)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I- Un mal qui terrorise!

II- Le mal dans sa réalité concrète!

III- Solidarité et transparence ... comédie, mensonge.

IV- Du cynisme des hommes détenteurs d'un pouvoir.

L'horreur : unmal qui terrorise

Le déroulement du récit est très clair: Une situation de crise est exposée.
Le Conseil du Lion va élaborer une solution en 3 temps:

un long discours du roi,

desconfessions publiques diversement appréciées,

une exécution vite expédiée.

Une morale donne pour finir la portée générale de l'événement.

Lisons lentement la fable toute entière avant d'en aborderle détail.

Dans les vers Vers.1 à 14: exposé de la situation en 2 mouvements, d'abord d'une façon théorique et quasiment métaphysique ensuite sur un plan plus concret.
V.1 à 6: c'est ledéchaînement du mal avec toutes ses colorations: épouvante, colère divine, culpabilité, épidémie, mort, guerre, et dans sa plus grande extension puisqu'il touche le ciel, le terre, le monde infernal et tous lesvivants. La phrase unique étire en relatives et en apposition l'angoisse éveillée par le sujet., "un mal" pour n'atteindre le groupe verbal principal qu'au 6ème vers.

Voyons cela plus précisément:un mal qui terrorise!

* 1 "Un mal qui répand la terreur", ce mal est posé sous sa forme la plus inquiétante par un indéfini: "un". L'étendue de son pouvoir "qui répand' se manifeste par un sentimenttotal et incontrôlable: "la terreur'.
* 2-3 "mal que le ciel en sa fureur
inventa pour punir les crimes de la terre":
ce mal est d'autant plus insaisissable que répété sans déterminant,d'autant plus inévitable que venu d'en haut, plus inéluctable que ressenti comme un châtiment universel. Sentons le frémissement menaçant contenu dans les "l", les "r", les "s", le "f" des 3 premiers vers.* 4 "La peste( puisqu'il faut l'appeler par ce nom)":
voici enfin lâché ce mot qu'on hésitait à prononcer, comme aujourd'hui, hélas, ceux de cancer ou de sida! Car c'est bien de cela qu'il...
tracking img