Les apories du régime représentatif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1646 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Aujourd'hui le régime représentatif est parfois considéré comme un modèle étatique universel. Il apparaît à la fois légitime car fondé sur la volonté du peuple et efficace car il n'est pas exercé par le peuple lui-même. La conception moderne a intégré le principe représentatif au principe démocratique, ainsi on peut désormais parler de démocratie représentative, par opposition àla démocratie Athénienne qualifiée de directe. Mais un tel régime souffre de contradictions internes qui peuvent remettre en cause sa légitimité démocratique ou son efficacité politique. Quelles sont ces difficultés que rencontre le régime représentatif? Jusqu'à quel point et de quel façon peut-il les surmonter?
Ces contradictions sont inhérentes à la démocratie représentative, historiquementreprésentation et démocratie ont longtemps été opposées avant de s'imposer dans la conception moderne. Elles peuvent aussi engendrer des difficultés de fait allant jusqu'à des crises de légitimité. Mais ces régimes s'emploient à définir des règles évolutives afin de dépasser ces contradictions.

I. Les contradictions inhérentes à la démocratie représentative

La démocratie représentative s'estaujourd'hui imposée comme une forme de gouvernance adaptée à l'Etat moderne lui assurant efficacité et légitimité. Mais cette conception a longtemps été rejetée, étant vue comme contraire au principe même de démocratie.

1) Une conception historique de la démocratie : la démocratie directe

– Historiquement le point de référence de la démocratie est la démocratie athénienne.Etymologiquement la démocratie correspond au pouvoir du peuple, la démocratie athénienne s'attache à atteindre cet idéal démocratique. Elle s'oppose au régime représentatif par la participation directe des citoyens au pouvoir en favorisant notamment l'expression public ou la désignation de charge politique par tirage au sort. Cette conception de la démocratie va longtemps rester une référence.

– Le principereprésentatif a longtemps été opposé au principe démocratique. En effet il faut considérer que le peuple est prêt céder aux représentants un certain pouvoir. C'est pourquoi certains auteurs (Rousseau notamment) y verront un abandon de liberté et une perte de souveraineté du peuple.

2) Apparition et acceptation du principe représentatif

– Le principe de représentation va cependantprogressivement s'imposer et devenir compatible avec la démocratie. C'est d'abord par l'intermédiaire du contrat social que ce principe devient effectif. La représentation apparaît alors comme le moyen d'unifier le peuple et ce par quoi la théorie de l'Etat est susceptible de se réaliser pleinement.

– L'apparition du principe de suffrage universel permet ensuite de légitimer le pouvoir, il devient unidéal à atteindre (constitutions de 1973) pour favoriser l'égalité politique. Le pouvoir est régi par une constitution qui est soumise à l'approbation populaire. Cette constitution prévoit notamment la séparation du pouvoir, des organes politiques de contrôle du pouvoir, le recours au referendum... Ces éléments vont en faveur du maintien de la souveraineté entre les mains du peuple.

– Enfin ladémocratie représentative est source d'efficacité. Elle est avant tout nécessaire pour appliquer le principe démocratique à un grand territoire. Le pouvoir est écarter du peuple réel qui peut-être irrationnel, manquer d'une vision du long terme et de l'intérêt général. Elle conduit à une professionnalisation de la politique, les affaires publics sont en effet mises entre les mains d'experts.Progressivement, au cours du XIX ème siècle le principe représentatif s'est donc intégré à la définition de la démocratie. Elle n'est plus un gouvernement du peuple mais un gouvernement au nom du peuple pour le peuple. Dans les faits ce nouveau régime représentatif suscite néanmoins de fortes contradictions.

II. Les contradictions de fait

1) La mauvaise représentation de la diversité...