Les argonautes du pacifique occidental, malinowski

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1199 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TD introduction à l’anthropologie Les Argonautes du Pacifique Occidental, B. Malinowski, 1922.
Dans son œuvre Les Argonautes du Pacifique Occidental, Malinowski se propose d’étudier la Kula, un système d’échanges de biens n’ayant aucune valeur économique pratiquée à l’est de la Nouvelle Guinée entre des tribus n’ayant pas la même culture et ne parlant pas la même langue. Les biens échangés sontdes colliers (soulava) et des bracelets de coquillages (mwali), et n’ont aucune valeur monétaire mais possèdent une valeur purement cérémonielle et symbolique. Cette pratique permet d’affirmer une alliance politique entre les différentes tribus et incite les expéditions envers ces tribus, créant ainsi du lien social. La démarche de l’auteur est celle d’un scientifique. Pour lui, livrer lesrésultats de son étude sans en détailler les expériences faites et les dispositions prises pour que celles-ci soient menées à bien ne relève ni de la démarche scientifique, ni de l’honnêteté intellectuelle. Ainsi, l’auteur expose dans l’introduction sa volonté d’être le plus précis possible quant aux expériences menées sur le terrain et aux informations qu’il a pu obtenir des « indigènes ». En bonscientifique, il décide ainsi de faire un récit détaillé des expériences, des conditions dans lesquelles celles-ci ont été faites et des leurs tenants et aboutissements, afin d’abolir la distance existant entre le matériau brut de l’observation et l’exposé des résultats. La démarche de l’auteur s’inscrit de plus dans la rupture avec les idées préconçues, souvent crées par l’exposé des « blancs » vivant àproximité des « indigènes », traduisant une vision occidentale biaisée par des codes et des mœurs propres à la société occidentale. Ainsi, le travail d’ethnographe commence dès le premier contact avec les « indigènes » et consiste dans un premier temps à ne pas adhérer à cette vision biaisée de ces derniers. Le travail d’ethnographe doit donc se faire en parfaite immersion dans le milieu, afind’adhérer au mieux aux coutumes et aux croyances du milieu étudié afin de devenir un acteur à part entière de ce milieu. Il ne peut se faire sans vivre chaque jour avec les « indigènes » et sans comprendre les codes qui régissent leur société. De ce fait, des apparitions régulières et temporaires ne peuvent aider à saisir et à comprendre toutes les subtilités de la société étudiée, car une présencepermanente permet de s’acclimater et d’être attentif à chaque chose qui se présente aux yeux du scientifique. Un ethnographe qui partirait en expédition dans un milieu donné avec pour seul but de confirmer des idées théoriques préconçues ne pourrait fournir un travail scientifique purement objectif et parfaitement représentatif de la réalité. Afin de se faire accepter par les « indigènes », l’auteurdécide de créer une ambiance d’amabilité mutuelle en échangeant dans un premier temps quelques compliments en pidgin english avec les « indigènes » et en leur faisant quelques cadeaux de tabac. Par la suite, il décide de commencer son travail en s’intéressant à la technologie utilisée par les « indigènes ». Il obtient très facilement les noms des instruments et quelques expressions techniques quise rapportent à la fabrication de ces derniers, mais il se rend très vite compte que la conversation tourne autour de ces outils et qu’ainsi il ne pourra avoir d’entretiens pertinents avec ses interlocuteurs. Il fait donc le choix de recueillir des informations sur le village, comme par exemple recenser ce dernier, établir les généalogies et les liens de parenté. Pour autant, l’auteur estparfaitement

conscient que ces informations ne lui permettraient pas de saisir l’intelligence de la mentalité et du comportement des indigènes, dans la mesure où il n’est pas capable de recueillir des explications satisfaisantes sur ces points dans le but de comprendre le sens de la vie tribale. Selon l’auteur, la condition primordiale pour effectuer une bonne enquête de terrain est de se couper...
tracking img