Les arts, l'argent, le pouvoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1874 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’art est il devenu une affaire d’argent ou de pouvoir ?

L’art signifie l’habileté manuelle. A l’origine, l’art, c’est ce qui met en oeuvre un savoir faire, notamment manuel. L’artiste est un créateur d’oeuvres qui sont susceptibles d’être estimées belles.
Pour HEGEL, l’art permet de prendre conscience de nos idées les plus élevées et enfin de leur donner une réalité par le biais de l’oeuvred’art. Cette relation entre l’art, l’argent et le pouvoir est ancienne.
Elle nous renvoie à la notion de mécénat. L’étymologie de ce terme est intéressante car elle nous renvoie à Mécène, qui était un ministre d’Auguste qui a encouragé Virgile ou Horace. Andy WARHOL disait que « l’art des affaires est l’étape qui succède à l’art »
C’est une relation ancienne qui n’a pas qu’une connotationnégative. Y’a t il eu une dérive, des errements coupables, à quoi cela va servir ?
L’art, l’argent, le pouvoir sont des notions a priori étrangères l’une à l’autre mais elles ont toujours été étroitement liées dans une relation ambiguë, mais cependant nécessaire.
L’art, l’argent et le pouvoir sont des valeurs a priori opposées, mais pourtant elles entretiennent des rapports anciens
Les valeursvéhiculées par ces notions peuvent paraître antinomiques. Toutes ces valeurs s’opposent à tout ce qui relève de l’économie, du pouvoir. Pourtant, l’histoire nous rappelle que sans argent, sans aide officielle, l’artiste se trouve bien démuni.
Les valeurs véhiculées par l’art et celles qui régissent le monde de l’argent sont donc des
valeurs opposées, il est donc difficile de concilier l’indépendance del’artiste et les exigences d’un marché, ou encore les attentes de ceux qui voient dans l’artistique un moyen de concrétiser leur pouvoir.
L’art est porteur d’un certain nombre de valeurs, tandis que l’argent est une
notion purement matérielle qui fait notamment appel à l’idée de rentabilité. Cela s’oppose à l’idée de création qui doit théoriquement accompagner la démarche de l’artiste. Commentdans un tel contexte va t on pouvoir favoriser l’émergence de nouvelles formes d’art qui ne sont pas jugées comme rentables à court terme ou si elles ne correspondent pas à un canon de l’esthétique ?
En effet, valeur marchande et valeur artistique ne concordent pas toujours. Il existe un marché de l’art, notamment dans le milieu de la peinture. Evidemment, ce marché ne laisse
pas forcément placeà la nouveauté. On parle de marché de l’art à partir de la 2e moitié du 20e s. C’est par exemple, le rejet de l’école impressionniste au 19e tant par le pouvoir que par l’établissement.
C’est la question de prégnance de l’art officiel. C’est le débat qui a été relancé il y a quelques années par la « loi musée » qui permettait de déclasser un certain nombre d’oeuvres d’art afin de pouvoir lesaliéner. L’idée était de faire tourner les réserves des musées. Certains ont considéré que cette loi avait un effet pervers, celui d’être une menace pour les oeuvres d’art dites « mineures » ou pas consensuelles.
Il apparaît aussi l’idée de l’inflation des prix. Par exemple, le tableau « les tournesols » de Van Gogh a été vendu pour la somme de 82 millions de dollars dans les années 1990.
On seretrouve dans certains cas, face à des oeuvres qui avait uniquement une valeur d’investissement. Dans les années 1980-1990, beaucoup de banques et de sociétés d’assurance ont acheté des œuvres d’art non pas pour les exposer, mais pour investir et les laisser dans des coffres forts.

L’artiste est confronté au problème lié à son indépendance. Or, comment l’assurer lorsque l’on est devenu artiste «officiel » ? Par exemple, Molière était présenté comme un artiste contestataire toute en étant un artiste de la cour. C’est le cas aussi de Mozart. Ou encore
d’Ismail KADARE, écrivain libanais qui a longtemps été présenté comme la réussite d’un pouvoir politique qui a fuit son pays car, il ne voulait plus être instrumentalisé.
Face à toutes ces contradictions, on doit pourtant constater que...
tracking img