Les attentats de londres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3793 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Attentats de Londres
Du 7 Juillet 2005

« Si vous attaquez nos villes, disait Osama bin Laden dans l’une de ses récentes interventions diffusées sur cassette vidéo, nous attaquerons les vôtres ». Georges W. Bush, dans son discours sur l’état de l’Union, déclarait en janvier dernier : « Depuis que nos troupes ont envahi l’Irak, le monde est devenu plus sûr ». Les Anglais, le 7 juillet2005, ont vu ce qu’il en était[1].
En effet, le 7 juillet 2005 à Londres, quatre explosions ont touché les transports publics de la ville faisant alors cinquante six morts et plus de sept cent blessés. En moins de cinquante six minutes, et pendant l’heure de pointe, les terroristes ont visé le métro et un bus impérial. Les trois premières explosions ont été très vites et se sont produites dans unintervalle de cinquante secondes. La première eu lieu dans le métro à Moorgate, Aldgate East et Liverpool Street suivi immédiatement de l’explosion qui touche King’s cross et Russel Square pour terminer à la station d’Edgware Road. Toutes les explosions ainsi que celle concernant le bus impérial étaient situées en plein cœur de Londres afin de faire le maximum de victimes possible.

Les réactionsinternationales ne se sont pas faites attendre. Effectivement, le Conseil de Sécurité des Nations Unis adopta à l’unanimité une résolution, la résolution 1611 condamnant ces attentats terroristes. Le Président de la République Française, Jacques Chirac, suite à la minute de silence observée par le Parlement européen réuni à Strasbourg, exprime sa profonde horreur et sa « solidarité totale de laFrance ». Ce fut ensuite directement la Suisse, et notamment le Président de la confédération helvétique Samuel Schmidt, qui condamna ces attentats en disant que « désormais nous ne pouvons plus dormir naïvement sur nos deux oreilles ».

Le gouvernement britannique a réagi de deux manières à ces attentats. Dans un premier temps, il a assimilé les attentats de Londres à des attentats terroristes eta recouru à des mesures légales et opérationnelles permettant l’identification des responsables directs des attentats et mena une perquisition dans leur entourage pour démanteler tout le réseau. Seulement cinq jours après qu’ils aient été perpétrés, que les responsables étaient alors des citoyens britanniques intégrés dans la communauté ce qui entraîna une seconde réaction de la part dugouvernement consistant à protéger les nombreuses communautés musulmanes vivant sur le territoire et éviter tout amalgame entre ces communautés et les responsables des attentats.

De nouveaux débats dans la presse britanniques se sont alors orientés, d’une part vers des questions de politiques extérieure remettant en cause l’engagement de Tony Blair en Irak et d’autre part sur des questions de politiqueintérieure sur les choix opérés par le gouvernement concernant la liberté d’expression des minorités. C’est alors surtout cette seconde question qui est intéressante étant donné que d’après 64% de la population londonienne, selon le dernier sondage MORI de septembre 2005, trouve que « le multiculturalisme fait de Londres une ville plus agréable à vivre ». Le multiculturalisme a toujours été enGrande Bretagne un atout et une valeur que le gouvernement s’entend protéger. En effet, Tony Blair en particulier a renforcé le pouvoir des communautés en générale et une large place est accordée aux représentants des minorités ethniques ce qui permet de dire que « le Royaume-Uni s’apparenterait plutôt à une communauté de communes »[2].

La question qui va alors se poser est de savoir si lesattentats de Londres du 7 juillet 2005 ont entraîné ou non une remise en cause du modèle multiculturel britannique ? Il conviendra alors d’étudier tout d’abord les attentats suicides qui sont venus de l’intérieur même de la Nation (I) avant de comprendre en quoi les mesures prises ont été insuffisantes pour éviter la remise en cause du modèle multiculturel britannique (II).

I. Des attentats suicides...
tracking img