Les aventures de telemaque commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (888 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Lumières sont un mouvement littéraire du XVIIIe siècle, témoin d'une effervescence intellectuelle et politique. Les aventures de Télémaque, rédigées par Fénélon précèdent des changementsprimordiaux dans l'évolution de la société : la remise en cause de l'église, la liberté d'expression et de conscience.. Ce texte semble être un précurseur du changement de valeurs qui va suivre quelquesdécennies plus tard et évoque la certitude qu'il existe un monde meilleur. En première partie seront étudiés les divers éléments qui font que ce récit évoque un monde utopique et deuxièmement, en quoi celaamène à une critique de l'autre, de ce monde que l'auteur souhaite dénoncer.

Dans cet extrait, l'évidence est que l'auteur installe un climat paradisiaque ; dès les premières lignes, unpaysage doux et joyeux est dressé. Ce coté utopique indéniable est premièrement du à la présence d'une multitude de mots appartenant au champ lexical de la sérénité ; l'image de la nature calme par :l1 « Le fleuve coule » , l1 « un ciel doux » , l2 « toujours serein » : ici la constance qui est évoquée par ''toujours'' rassure, l5 « hivers tièdes », l9 « les vallons et dans les campagnes ». Dansce monde merveilleux, tous nos sens sont en plénitude : l'ouïe est bercée par la cadence du fleuve, le toucher rassuré par la douceur du ciel, l'odorat frétille des « chemins bordés de lauriers, degrenadine » l10, l'image du fleuve qui se jette dans l'océan émerveille nos yeux, et nos papilles s'enchantent du jus des grenades. Le peuple vivant dans la Bétique s'est donc forcement attaché à cettenature abondante : « la nature ne fournissait pas moins à leurs désirs qu'a leurs besoins ». Il y a un lien inéluctable entre cette nature qui donne et l'homme qui sait recevoir. Ici, le temps estfavorable à la culture, il n'y a pas d'hiver rude ou d'été sec : « les hivers y sont tièdes […] l'été y est toujours tempéré » l5;6 : ce qui permet deux moissons par an. Cette nature bienfaisante...
tracking img